Sourcier

Voyant ce qui était arrivé à la Bièvre, la Morée et bien d’autres cours d’eau qu’il avait découverts et qu’on avait convertis en cloaques, le sourcier rusait lorsque l’État l’engageait pour trouver de nouvelles rivières. D’égout et des coups-leurres, avait-il coutume de dire.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :