Opéra

Il est des coïncidences qui ne peuvent être fortuites. Le 5 octobre 1858, le Crystal Palace de New York est réduit en cendres en vingt-cinq minutes. Le 6 juin 1931, le Glaspalast de Munich part en fumée. Le 30 novembre 1936, un incendie détruit le Crystal Palace de Londres en quelques heures. La Guilde des Sopranos Lyriques, ennemi légendaire des services en cristal, s’insurge contre les allusions qui les placent au rang des accusés. « Nous ne sommes pas des pyromanes ! Nous, le cristal, nous le faisons éclater. » Leurs justifications ne convainquent guère : il n’aura échappé à personne qu’elles savent aussi très bien mettre le feu aux planches.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :