Opéra

À la barre du Hollandais volant, le fantôme de l’opéra fait son apparition. Il est revenu le revenant, il sort des bois, il a les vents en poupe, grimpant dans les cordes comme une soprano dans les gammes. Sur la scène, les petits rats quittent le navire en poussant des cris de souris hystériques, la diva tourbillonne, emportée par la tempête de notes, pâle et nauséeuse, dame blanche dans l’écume musicale. Le chef d’orchestre n’est plus que l’ombre de lui-même. À trop vouloir s’incarner dans le drame, il est partit en fumée.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :