Peurs d’enfance

Il ouvrit le livre et commença à raconter à Timo son histoire du soir. Ce n’était pas un petit livre de contes, comme d’habitude, plutôt un énorme grimoire poussiéreux. Ce n’était pas l’histoire d’une princesse qui s’ignore et finit par découvrir ses origines, et le grand amour, comme d’habitude. Plutôt l’histoire effrayante d’un monstre qui attend son heure, quand sa jeune victime savoureuse s’endormira, pour l’engloutir en trois bouchées. Le lecteur referma le livre une fois l’histoire finie, adressa un clin d’œil à l’enfant terré au fond de son lit et lui ébouriffa les cheveux. Puis il quitta la chambre en laissant le grimoire inquiétant en évidence sur la table de chevet. Timo aurait voulu se lever d’un bond et courir jusqu’à la chambre de ses parents, s’assurer qu’ils étaient bien là, qu’ils allaient bien, que son père était vivant. Mais au lieu de ça, il resta empêtré dans ses draps, les couvertures sur la tête, priant pour avoir simplement rêvé cette horrible histoire du soir. Timo le savait, Timo le sentait, il l’avait lu dans ses yeux, dans son sourire trop grand pour être… normal ! Même s’il avait les traits de son père, ça n’était pas lui.
Après le monstre sous le lit et celui du placard, le gamin venait de faire la connaissance du monstre de la bibliothèque.

Publicités

2 responses to “Peurs d’enfance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :