Diables, démons et diablotins

— Mon vieux Gargül, je reconnais bien là ta patte. Une petite possession comme tu les aimes : le type qui gigote, qui s’excite, qui crache des insanités et des absurdités… Une marionnette entre tes mains démoniaques, prompte à tous les plus vils agissements.
— Je t’arrête tout de suite, mon pauvre Barvŷl, je suis à la retraite depuis un demi-siècle.
— Sérieux ? Mais quand même, le petit chef d’État, y a bien quelqu’un qui s’en occupe ?…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :