Louvre-Garou

Jour 6

jour 6Mes observations minutieuses du scribe accroupi confirment mes présomptions. Personne n’aura manqué de remarquer son regard halluciné, qui ne fixe en aucun cas le papyrus. Devais-je croire que l’homme pouvait écrire sans regarder sa feuille, telle une dactylo des temps modernes ? C’était une explication facile. Sa fixité surnaturelle était la seconde piste qui aurait dû mettre la puce à l’oreille des autres agents, s’ils avaient fait l’effort de s’intéresser à ce cas bien insolite (ce qu’ils n’ont jamais fait – cela n’étonnera personne). En me penchant sur le dit papyrus (une manœuvre fort complexe, tout ayant été mis en œuvre pour qu’il ne soit pas lisible par le public), j’ai enfin eu confirmation de la véritable vérité. On y voit, répétés avec une régularité surnaturelle, deux simples hiéroglyphes. Un message si clair qu’on pourra s’étonner qu’aucun égyptologue ne l’ait jamais interprété justement. Admettons qu’ils n’avaient pas ma largesse d’esprit, ou qu’ils aient été, eux-aussi, de mèche avec les forces obscures. Car une fois la traduction effectuée, on peut y lire ce simple mot, suivi de trois points d’exclamation : cervelle. Le tout répété en d’autant d’occurrences que la page peut en contenir. C’est donc sans aucune réserve que je peux l’affirmer : le scribe accroupi était un zombi. Je frissonne à l’idée du sort qui attendit le pauvre artiste qui réalisa cette œuvre : le regard affamé du scribe est déjà un indice insoutenable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :