Serial killers & mass murderers / À boire et à manger

Il a d’abord mangé les bras, puis les jambes, le gras du ventre et des épaules. Il a tout fait pour garder cette viande la plus fraîche possible, le plus longtemps possible. Mais il faut bien se rendre à l’évidence…
« Ah la la ! Tu sais ce qu’on dit, toutes les bonnes choses ont une fin ! », soupire-t-il en lui plongeant un grand couteau de cuisine dans le cœur.
Le soupir que son garde-manger pousse en réponse est rempli de soulagement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :