Princesses, nains et crapauds

Par groupe de sept ou huit, les jeunes filles – certaines d’ailleurs plutôt vieilles que jeunes – organisent des battues à la tombée de la nuit au bord des mares pour chercher des crapauds ou des grenouilles. Elles refusent la fadeur du monde et les rêves au rabais qu’on leur vend à grand renfort de paillettes, sans pour autant renoncer à leur fantasme le plus cher. Si désespérées, elles s’imaginent trouver ne serait-ce qu’un prince charmant parmi tous ces batraciens.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :