Princesses, nains et crapauds

Quand les princes de l’Est, de l’Ouest et du Nord se marièrent et eurent beaucoup d’enfants avec leurs épouses respectives, ce ne fut point un happy end de conte de fées, mais plutôt le début de la fin. Ils élevèrent leurs milliers de têtards dans la haine des peuples du sud, formèrent une redoutable alliance et montèrent une armée non moins redoutable avec leurs rejetons difformes pour marcher sur ces contrées.
Ils ne se contentèrent pas d’asservir leurs habitants, au grand effroi des autochtones et de leurs propres femmes, les reines de l’Est, de l’Ouest et du Nord, qui jusqu’alors, les avaient considérés comme charmants sous tous rapports.
Non, ils étripèrent les soldats vaincus, puis les vieillards, les femmes et les enfants au sommet de monstrueuses pyramides à l’architecture cauchemardesque, défiant les lois de la perspective.
Car ils avaient beau avoir une apparence humaine, depuis le baiser que leur avaient accordé leurs femmes, ils n’en restaient pas moins, au fond d’eux, des crapauds adorant et honorant comme il se devait l’indicible et haineuse divinité Tsathoggua.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :