Usines

Baltique, ère industrielle.
Des générations entières passées à se casser le dos dans les mines, à se détruire la santé dans d’étouffantes usines hébergeant de monstrueux hauts fourneaux, à risquer sa peau, jour après jour, pour couler du fer ou du cuivre et le figer dans une nouvelle forme, utilitaire… Grand-pères, pères et fils n’ont plus comme autre raison de vivre, comme autre horizon que le métal. Or, même lorsqu’ils s’imaginent s’être échappés pour quelques heures de cet enfer, de ce supplice digne de celui de Tantale, ces Lettons pour le moins éteints, voire au bord du pétage de plomb se retrouvent au zinc, pour y claquer tout leur argent en s’échangeant de peu convaincants « Ça baigne ? » et « Ouais, nickel chrome ! »

Avec l’aide d’Annaïg Houesnard pour la toute fin :)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :