Drague de rue

« Morue ! Boudin ! Cageot ! T’es plate comme une limande, hé, planche à pain ! T’es qu’une endive, pauv’ courge ! Tu te crois appétissante, espèce d’andouille, avec tes jambonneaux de truie ? Va te faire cuire un œuf, gros thon ! »
Par ces insultes fleuries, le Marcel éconduit prouvait surtout qu’il n’était qu’un mort de faim.

Publicités

4 responses to “Drague de rue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :