Drague de rue

Ils étaient nombreux à la harceler, surtout la nuit. On la hélait, on la sifflait… on ne lui demandait pas exactement si elle suçait, mais plutôt si elle inspirait. Ces types étaient pour la plupart des poètes, des romanciers… mais étrangement, en fin de mois, la muse avait remarqué des micronouvellistes qui se mêlaient à la horde des relous habituels.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :