Pirates

« Attention, voilà les pilates ! cria la vigie japonaise du haut de son mât.
Aux armes ! chargez les canons, sortez les fusils, virez à bâbord ! s’essouffla le capitaine Poussah aussi rouge qu’un cochon à la broche.
— Capitaine, ce ne sont pas des pirates mais bel et bien des pilates, tempéra son second. Votre femme nous fait parvenir tout un chargement pour notre usage personnel, elle trouve qu’il y a trop de laisser-aller à bord du navire.
— Je la répudie ! » gémit le capitaine Poussah maintenant aussi blanc qu’une saucisse bavaroise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :