Freud et ta mère

Après s’être entendue affirmer par l’éminent Freud que le simple fait de couper des carottes en rondelles était un fantasme secret de castration, la cuisinière finit par ne plus préparer que des légumes et tubercules ronds pour le dîner.
« Et pourquoi ne me préparez-vous plus de délicieuses carottes vichy ? s’étonna son employeur.
— C’est pour votre bien, monsieur, » répondit la cuisinière en aiguisant son couteau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :