Figures libres

Maître Corbeau sur Pallas perché, tenait en son bec quelques pages. Maître Renard, d’un poème égaré, lui tint à peu près ce langage :
« Eh, bonjour, monsieur du Corbeau; que vous êtes joli, que vous me semblez beau… »
Et le corbeau de l’interrompre en croassant sans même desserrer le bec :
« Jamais plus !
— Sans mentir, si votre…
— Jamais plus !
— Mais… laisse-moi terminer !
— Jamais plus ! »
Dépité, le renard effectua un piètre salut, pensant à raison que le corbeau avait retenu la leçon et qu’il ne l’y reprendra jamais plus.
Et pendant ce temps, dans un autre récit, un poète désorienté interpela un corbeau d’un fromage au bec farci :
« Bien que ta tête, soit sans huppe et sans cimier, tu n’es certes pas un poltron, lugubre et ancien corbeau, voyageur parti des rivages de la nuit. Dis-moi quel est ton nom seigneurial aux rivages de la Nuit plutonienne !
— Ne voulez-vous pas plutôt vous assurer que mon ramage se rapporte à mon plumage ? » croassa le corbeau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :