Gorgones et basilics

Du fond de la grotte humide, le corps écailleux de Méduse fut secoué par un ricanement hideux.
— Qui vient ? Qui court au-devant de son trépas ? Quel est ce nouveau héros si pressé d’ajouter son cadavre calcifié à ma collection ?
Une petite silhouette se détacha des ombres en grinçant.
— Je te VOIS ! brailla la Méduse qui vrilla son regard minéral dans les yeux de sa proie… qui continuait d’avancer.
— Hooo, j’ai très peur, bruissa une voix enfantine.
Alors le nez de l’intrus s’allongea, formant un pieux solide et pointu. Le petit être fonça tête en avant et embrocha le cœur de l’horrible créature.
—Co… co… comment ?… gargouilla Méduse dans un dernier souffle.
— Comment j’ai résisté à ton regard ? Je sais rester de bois, répondit Pinocchio.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :