Résistances et états d’urgence

Sa nouvelle vie en France, Saïd Ahmed Itaev l’a construite autour de son sport de prédilection. Il est devenu lutteur professionnel, allant jusqu’à défendre avec fierté les couleurs de son pays d’adoption aux championnats d’Europe et du monde.
Revenu de son troisième pointage journalier, il reste quelques minutes sur le perron de chez lui, hésite à rentrer et à aller retrouver sa femme et ses enfants qui l’attendent. L’ambiance est morose à la maison. Ce soir, il n’est pas très pressé de rentrer. Mais il est bien obligé. La loi l’y force. Saïd s’assoit sur les marches, alors que la nuit est tombée depuis un moment déjà. Ses yeux fouillent les ténèbres, sans qu’il sache vraiment ce qu’ils y cherchent.
Peut-être qu’au-delà de la flaque de lumière dispensée par le lampadaire, une voiture de police banalisée est là, que ses occupants épient ses moindres faits et gestes, s’assurent qu’il rentre bien chez lui. Peut-être qu’il n’y a personne.
Ce qu’il sait en tout cas, Saïd Ahmed, c’est qu’il ne pourra pas participer au championnat de France par équipe et qu’il est trop vieux pour espérer le faire l’année prochaine et celles qui suivront. Tout ce qu’il sait, c’est que malgré toutes les techniques qu’il maîtrise, il y a des choses contre lesquelles on ne peut tout simplement pas lutter.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :