Élections et autres pièges à cons

L’idée de ce politologue n’était pas mauvaise en soi, même si elle semblait difficile à mettre en place sans chahuter un minimum les hommes politiques. Avant même de faire de nouvelles élections, il fallait renouveler la classe dirigeante en extrayant du troupeau les galeux, les vermineux, les pouilleux. Et que l’on puisse les poursuivre et les condamner vraiment : leur chercher des poux dans la tête, quoi, à ces vieux singes grands connaisseurs de grimaces !
Qu’on laisse donc un temps de côté le dépouillement pour privilégier l’épouillage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :