Archives de Catégorie: 02 Petit Poucet

À boire et à manger / Petit Poucet

L’ogre ne comptait pas se faire de mouron au dîner. Il allait plutôt se rabattre sur le Petit Poucet, le cadet de ses saucisses.

Publicités

Petit Poucet

Petit Poucet, quand il couche ses sept filles, est hanté par des visions d’horreur. Il a banni de sa demeure bonnets et couronnes, mais il sent de vieux démons se réveiller en lui, guidant des armées excitées qui volent les cailloux de sa bastide, qui réclament du pain à sa femme. Vite, il court à la carrière. Mais ses aînées n’y sont plus. Pas même leur poussière, et certainement pas la trace de leur vertu. Il ferme les yeux et voit des hommes en bonnets qui tranchent la gorge de filles en couronnes, avec l’aide d’une machine diabolique dont le couperet d’acier s’abat d’un mouvement sec alors que la foule exulte. Il enfile ses bottes de sept lieues, fonce dans la forêt, amour sacré de ma fratrie, conduis, soutiens mon bras vengeur ! Mais il se perd et, cette fois-ci, il n’y a plus un seul ogre pour égorger ses filles et sa compagne.
C’est en fini du Petit Poucet et de son règne trop éphémère.


Petit Poucet

Le vieux sénile du village, qui se faisait passer pour un devin, leur avaient raconté n’importe quoi. C’est du moins ce que pensait la fratrie du Petit Poucet.
« Semez sur votre chemin des objets d’exception, et vous pourrez ainsi retourner chez vous, quand vos parents essayeront de vous abandonner ! »
Petit Poucet choisit de faire confiance au vieillard, dont les mots s’avérèrent justes et censés. En semant des cailloux, ils retrouvèrent leur maison. Mais il faut reconnaître que le reste de la fratrie – Auriculaire, Index, Majeur, Annulaire, Gros Orteil Gauche et Gros Orteil Droit – n’avait pas eu autant de chance avec leurs bijoux, choux, genoux, hiboux, joujoux, poux…


Petit Poucet

Comment Poucet s’en sortit-il ? Il empoisonna ses frères… et laissa l’Ogre les dévorer.


Petit Poucet

Retour de la maison de l’ogre. Petit Poucet fait son entrée dans la demeure familiale en grandes pompes.


Petit Poucet

Seuls une Providence incroyablement généreuse, une chance de cocu et un coupable attachement du conteur à son protagoniste peuvent expliquer que le Petit Poucet ait survécu à toutes ces péripéties. Car, à la vérité, son surnom ne venait pas seulement du fait qu’il était petit. Il insistait surtout sur son état de flemmardise larvaire, rendant risible l’idée qu’il arriverait un jour à faire quoi que ce soit de ses dix doigts : il passait son temps à se tourner les pouces.


Petit Poucet

L’Ogre attrape chaque frère enroulé dans sa couette et les tranche en biais par le milieu. Ce midi, on mange des wraps.


Petit Poucet

Petite Miette se pose des questions. Que vais-je semer sur le chemin de farine pour que mes sœurs et moi nous ne nous égarions point dans un ténébreux champ de blé. Ou pire encore, finissions dans la demeure de l’orge.


Petit Poucet

Une seule explication peut éclairer un comportement complètement incohérent, en apparence, de l’Ogre. Il est doté d’un odorat qui lui permet de sentir la chair fraîche, mais pourtant il finit par boulotter ses filles, simplement parce qu’elles n’étaient pas dans leurs lits mais ceux des leurs hôtes. Sachant que la mère faisait prendre très fréquemment des bains à ses fillettes, au point qu’elles ne sentaient plus rien, pour les préserver ainsi des voraces crises de somnambulisme et autres coups de gueule de son mari, on en déduira que, pour être imprégnées à ce point de leurs odeurs, elles avaient dû faire bien plus que simplement coucher dans leurs lits.


Petit Poucet

Avec son collier en crânes d’enfants, l’Ogre aurait dû effrayer le Petit Poucet. Mais après quelques péripéties – coups de couteau et dépeçage –, le gamin put s’endormir serein dans un sac de couchage en peau de bite d’ogre.


Petit Poucet

Les sept frères se mettent au lit. La couche est confortable, mais quelque chose cloche. Est-ce le matelas en pain de mie, les draps en tranches de jambon, la couverture en laitue ou le traversin en cornichon ?
Ou bien… ou bien la mayo, tout simplement ?


Petit Poucet

À l’enterrement des sept filles de l’ogre, les cailloux, tout de noir vêtus, pleurent une larme de poussière.
Nous pensions avoir fait le nécessaire. Si nous avions su, nous aurions redoublé d’efforts, nous aurions suivi Poucet le Manipulateur à la trace, marquant sans relâche un chemin clair et évident que ses frères auraient suivi, ignorant alors les basses manœuvres de leur perfide petit frère.
À l’enterrement des sept filles de l’ogre, les miettes, toutes de pain noir habillées, pleurent une larme de blé.
Nous ne pensions pas à mal. Si nous avions su, nous aurions repoussé les oiseaux, nous nous serions accrochées fermement à la terre, nous aurions gravé dans le sol notre empreinte et hurlé aux frères de Poucet le Sanguinaire que le salut ne se situait pas vers cette faible et lointaine lueur, dans cette demeure inconnue.
À l’enterrement des sept filles de l’ogre, les loups, tout de noir poilus, pleurent une larme de crocodile.
Nous n’avons rien fait, mais nous compatissons. Même si, nous ne pouvons le cacher, grande est notre joie d’assister pour une fois à la fin d’un conte sans avoir été passés par le fil de l’épée. Poucet notre héros !


Petit Poucet

Plus les trois micronouvellistes se creusaient la soupière en ces temps de faim (inspirationnelle) de mois, moins leurs microtextes avançaient et plus leurs Petits Poucets & co. se perdaient dans la forêt. Ils tournaient en rond, et les protagonistes avec ou sans pain, avec ou sans cailloux, faisaient de même.


Petit Poucet

Hadopti Poucet semait des fichiers MP3 pour retrouver le chemin de son PC.


Petit Poucet

Finalement, les petites ogresses sont charmantes. On rit, on s’amuse, on fait les fous. Le père débarque en grondant. « On ne joue pas avec la nourriture ! »


Petit Poucet

Qui sème le vent récolte la tempête. Qui sème les cailloux ou les bouts de pain récolte les emmerdes.


Petit Poucet

Que les pierres blanches semées aient en réalité été des cailloux de crack n’est peut-être pas étranger au fait que le petit Poucet et ses six frères ne retrouvèrent jamais leur chemin.


Petit Poucet

Malheureusement pour le Petit Poucet, l’ogre a échangé ses bottes de sept lieues contre Stormbringer l’épée maléfique avaleuse d’âmes. Il saisit l’épée, tente de fuir, mais l’arme ne fait que le ralentir. Et pire encore, elle le possède. Les yeux exorbités, la bave aux lèvres, le Petit Poucet se met à tailler des haies jusque mort s’en suive.


Petit Poucet

Le Petit Poucet enfile les bottes en cuir noir et, se tournant vers l’Ogre, lui dit : « Mettez-moi à la broche. »


Petit Poucet

Étrange, se dit le Petit Poucet. J’étais bien certain d’avoir semé des miettes de pain ce matin. Bah, suivons ces pommes, nous trouverons sans doute au bout du chemin la fontaine du cidre de jouvence (ce qui, à défaut de nous sustenter, nous permettra de vivre éternellement affamés).
Et Petit Poucet et ses frères arrivent devant une belle chaumière, au milieu de la forêt, où les attend une adorable jeune fille au sourire hospitalier.
Faites-moi le plaisir d’entrer, je ne reçois que très peu de visites, je vous ferai un bon ragoût, j’ai besoin de compagnie, si vous voyez ce que je veux dire.
Poucet et ses frères reçoivent le message sept sur sept. Ils franchissent le seuil d’un pas décidé, et là, boum, septuple coup de rouleau à pâtisserie sur l’arrière du crâne.
À leur réveil, le ton de leur hôtesse a changé. Et leurs pieds sont entravés de lourdes chaînes.
Allez les mômes, à la mine !
Enfin, le Petit Poucet et ses frères se sentent intégrés dans le monde du travail. Ils mangeront tous les jours, des pommes bien évidemment, et ne craindront plus jamais de vivre en parias de cette nouvelle société, où le travail permet l’émancipation, où les chaînes sont la liberté de l’homme moderne.


Petit Poucet

L’Ogre, sorcier à ses heures, avait disposé un peu partout dans sa région des sables mouvants magiques au milieu des sentiers et des chemins. S’ils n’étaient pas assez puissants pour avaler les voyageurs égarés, qu’il comptait de toute façon boulotter et non ensabler, ils gobaient tous les petits cailloux qu’on pouvait y semer.


Petit Poucet

Le matin venu, la femme de l’Ogre propose aux sept garçons de prendre un bain de lait. Dans la petite piscine de porcelaine, les bouées sont des Cheerios géants.


Petit Poucet

Le plus « petit » des fistons se fit attraper par ses parents alors qu’il les espionnait. Il faut dire qu’il n’était pas discret. Avant qu’ils évoquent leur sinistre plan consistant à perdre leur progéniture dans la forêt pour ne plus avoir autant de bouche à nourrir, ils le renvoyèrent dans la chambre des enfants et fermèrent la porte à clef. Comme quoi, il ne faut pas écouter ses parents. Ou plutôt si, mais sans se faire gauler. Enfin, bref, mieux vaut ne pas écouter leurs conseils quand ils vous disent de manger de la soupe. S’il s’était contenté de manger des têtes de poisson, de grignoter les restes de ses grands frères et de sucer des cailloux, on aurait en effet connu ce rejeton sous le nom de Petit Poucet et non de Grand Dadais.


Petit Poucet

Pour retrouver le chemin de la maison, le Petit Poucet semait des mines anti-personnel. On raconte que c’est la jambe droite de son plus vieux frère qui retrouva en premier le foyer familial.


Petit Poucet

Au troisième abandon, le Petit Poucet, pris au dépourvu, n’avait prévu ni cailloux ni bouts de pain. Il sectionna une à une les phalanges de ses frères et les sema sur le chemin.


Petit Poucet

Je suis l’ogre. Je meurs de faim. Je mange mes sept filles. J’invente une histoire de Petit Poucet pour la police. L’inspecteur tombe dans le panneau. Puis repère une inconsistance dans ma déclaration.
— Vous dites que le Petit Poucet vous a volé vos bottes de sept lieues.
— Exact.
— Puis qu’il vous a tué.
— Tout à fait. Et il s’est emparé de ma femme qu’il a épousée, de ma maison qu’il a transformée en hôtel de passe. De ma fortune qui a dilapidé dans la coke.
— Oui, nous avons vérifié ces points. Mais tout de même, vous semblez bien vivant pour un ogre mort.
— Oh, vous savez. C’est le genre d’ineptie qu’on trouve régulièrement dans les contes.
— Ok, je vous crois.
L’ogre souffle. Il était à deux doigts de se faire serrer.


Petit Poucet

Pingres au possible, les parents du Petit Poucet avaient retrouvé la fratrie et la suivaient discrètement. En faisant le compte des croûtons de pains, après avoir abandonné leurs enfants,  les indignes géniteurs avaient en effet constaté qu’il en manquait un.

Et voilà que ces voleurs inconscients dilapidaient cette manne en la jetant sur les routes. Et pourquoi pas donner à manger à des pigeons idiots, tant qu’on y était ?

Ils ramassèrent tout ce que leurs rejetons laissaient tomber et s’en firent un gueuleton en rentrant. Quelle bombance… et quel mal de ventre au moment de digérer tous les petits cailloux faisant eux aussi partie de leur récolte.


Petit Poucet

Des mauvaises langues prétendent que l’Ogre mangeait les petits enfants. C’est faux. Il s’en faisait des mocassins pour l’hiver.


Petit Poucet

Petit Poucet se mord les doigts. Pour une fois qu’il réussissait à approcher une fille, et mieux même, à passer une nuit entière dans le même lit, voilà que le père débarque dans la chambre et embarque ses sept filles. Pas même eu le temps de commencer la partouze. C’est pas son jour de chance.


Petit Poucet

Susceptible au possible, du fait des brimades continuelles sur sa taille, qu’il récoltait depuis… tout petit,  le Petit Poucet ne supportait plus qu’on lui jette la pierre. Et après, cet idiot se plaignait de n’avoir aucun caillou sous la main ou sous le pied.


Petit Poucet

L’Ogre saoul monta dans la chambre des enfants armé d’un couteau. Il n’était en réalité pas le seul à avoir bu et, honnêtement, personne ne se rappelle exactement qui a fait quoi.


Petit Poucet

Depuis qu’ils ont appris comment le Petit Poucet et sa famille sont devenus riches, les gens viennent des quatre coins du monde perdre leurs enfants dans la forêt. Une pétition a été lancée par le WWF pour sauver les deniers spécimens d’ogres.


Petit Poucet

Gourmand, le Petit Chaperon rouge n’avait pu s’empêcher de manger la galette toute entière et de finir le petit pot de beurre. Elle s’inquiéta soudain de ce que sa grand-mère la gronde en voyant le panier vide. Heureusement, elle trouva sur son chemin une multitude de morceaux de pain qu’elle ramassa et présenta du mieux qu’elle put, en espérant que cela suffise au repas de son aïeule. Un coup de chance, songea-t-elle. Et qui ne porterait préjudice à personne.


Petit Poucet

VENGEANCE. Les cailloux que le Petit Poucet avait semés sur le chemin n’étaient pas n’importe lesquels. Il s’agissait de morceaux du mur porteur de la maison parentale, qu’il avait discrètement subtilisés. Selon ses calculs, la demeure fragilisée s’écroulerait, de nuit, sur les indignes parents, d’ici dix-sept jours exactement.


Le Petit Poucet

LAISSEZ LA POLICE FAIRE SON TRAVAIL ! Le Petit Poucet, excédé, après trois heures d’interrogatoire du pédopsychiatre travaillant avec la police :
— Non, je n’ai pas tué ces filles à cause d’une « libidineuse pulsion de puissance », oui, mes parents m’ont bien abandonné, ça n’est pas un délire de persécution et, non, je n’ai pas inventé cette « histoire » de cailloux, lesquels ne sont pas un symbole phallique !


Petit Poucet

La fortune rend fat et négligent. Le Petit Poucet l’apprend des années plus tard quand, riche et suffisant, dans son immense château, il rencontre le Chat Botté. Et, ce coup-ci, la chance ne lui sourit pas.


Petit Poucet

Chez Ogre Burger, le menu enfants n’est pas ce que vous croyez.


Petit Poucet

On se demande comment madame Poucet réussit à avoir sept enfants en trois ans. Quelle fécondité ! Mais c’est ne pas connaître son passé trouble. Il y a dix ans, lasse de son mari, elle essaye de le perdre dans la forêt. Une première fois. Il sème des pierres. Une seconde fois. Il sème ses plaquettes de pilules.


Petit Poucet

Le Petit Poucet et ses frères formaient une famille unie… comme les sept doigts de la main. Unie, mais un peu bizarre aussi, faut dire !


Petit Poucet

Elles n’étaient pas très belles, les filles de l’Ogre, pourtant on pouvait déjà prédire qu’elles seraient des croqueuses d’hommes.


Petit Poucet

Petit Poucet sème des graines de campanules. Il retrouvera son chemin au printemps, en suivant les papillons.


Petit Poucet

Les seules pierres à ne jamais disparaître du conte étaient les cœurs inflexibles des parents du Petit Poucet et de sa fratrie.


Petit Poucet

« Voilà que mon mari arrive ! » alerta l’Ogresse. Le Petit Poucet fut pris d’une envie de vomir en reconnaissant le tenancier du kebab où ses frères et lui avaient mangé un morceau.


Petit Poucet

Les quatre filles du Docteur March détalent en hurlant à l’aide. Le Petit Poucet vient d’apparaître au bout du champ.


Petit Poucet

Scène de ménage chez l’Ogre.

Elle met les bouts de viande avariée dans le pot-au-feu… voyant cela, il met les bouts avec ses bottes de sept lieues.


Petit Poucet

La maison perdue au milieu des bois enneigés leur avait semblé accueillante de prime abord, mais le propriétaire s’en était révélé être un Ogre terrible, dépeceur et dévoreur d’enfants. Bien heureusement, ils étaient parvenus à tromper l’affreux personnage et à s’éclipser dans la nuit. À présent, il leur fallait fuir rapidement. Le Petit Poucet avisa au fond de la grange un traîneau et son attelage de rennes.


Petit Poucet

Le Petit Poucet et sa fratrie ne retrouvèrent jamais le chemin de la maison. Et pour cause, le Petit Poucet est franchement con, il n’a pas été foutu de choisir des cailloux qui puissent se distinguer des autres qui parsemaient déjà les chemins empruntés.


Petit Poucet

Petit Poucet avait un grand cœur. Plutôt que de ronfler à poings fermés comme ses six frères, il se dévoua pour ne pas laisser mourir les sept ogresses sans qu’elles aient connu les mille et un plaisirs du Kâma-Sûtra.


Petit Poucet

À la Brasserie de l’Ogre, les parts sont généreuses, mais on aurait tort de passer à côté du « Petit Poucet », une spécialité pour les appétits de moineau.


Petit Poucet

Plus tard, le Petit Poucet s’arrache les cheveux en essayant de retrouver le chemin du bonheur perdu. Il se jette dans le fleuve le jour où il n’a plus un cheveu sur le caillou.


%d blogueurs aiment cette page :