Archives de Catégorie: 17 Drôles d’oiseaux

Drôles d’oiseaux

— Il y avait ce petit oiseau affamé, grelottant et frissonnant dans la neige. Il avait besoin d’amour, de chaleur. Alors je l’ai recueilli, je l’ai pris au creux de mes mains, posé contre mon cœur. Mais il est mort, frigorifié.
— Ça m’étonne pas, Bill.

Bill et Bob, bonshommes de neige

Publicités

Drôles d’oiseaux

LE POÈTE ET LES FIENTES

Perchés sur les branches de l’if, ces oiseaux oisifs de l’Oise cherchaient noise et bourre-pifs.


Drôles d’oiseaux

En plus des terribles martinets, les enfants maltraités craignent d’autres oiseaux : les pinsons.


Drôles d’oiseaux

Décidément, ce canari me titille, fait Grosminet.


Drôles d’oiseaux

Presque comme son cousin le canari, le panaris s’épanche jusqu’à pus soif.


Drôles d’oiseaux

Une chauve-souris, un écureuil volant, un papillon et un exocet se retrouvent pour une micronouvelle.
La réunion tourne court quand ils se rendent compte qu’ils ne sont pas dans la thématique.


Drôles d’oiseaux

Siegfried ayant bu le sang du dragon comprend maintenant le langage des oiseaux. Les premières minutes, il apprend des choses intéressantes. Puis, les commérages l’agacent. Les oiseaux ont beaucoup de choses à dire, mais ce sont pour l’essentiel des histoires de ramage, de plumages, de grain de blé, de parades nuptiales, d’œufs et de nids. D’oiseaux, quoi. Quelques heures encore et le babil incessant commence à le rendre fou. Il se bouche les oreilles avec du persil. Là, c’est bien mieux. Sauf quand Mime surgit derrière lui. Mais Siegfried ne l’entend pas. Et le coup de hache qui lui arrache la tête agit comme un soulagement intense.


Drôles d’oiseaux

Certains couples n’arrivent pas à avoir d’enfants. Les cigognes censées leur déposer un bébé se le font arracher par un volatile plus méprisable que la pie voleuse. Quel drôle d’oiseau, ce pélincant !


Drôles d’oiseaux

L’œuf ou la poule ? Les deux. Et des frites en accompagnement, s’il vous plaît.


Drôles d’oiseaux

La huppe cendrée s’est éprise du phénix. Ils batifolent, ils folâtrent toute la nuit. Et ce qui devait arriver arrive : la huppe pond trois œufs au petit matin. Elle n’aura pas le temps de les couver. Déjà, les voilà qui renaissent des cendres de leur mère.


Drôles d’oiseaux

« À force de chasser le dodo, ce dernier risque de s’éteindre. »
Avec nous, ça risque pas de lui arriver : on vient de l’embrocher et de le coller au-dessus du feu.


Drôles d’oiseaux

Il fallait un peu plus qu’un cadenas pour enfermer le rossignol dans sa cage.


Drôles d’oiseaux

Le poisson-chat est tout à la fois le prédateur et la proie de l’oiseau.


Drôles d’oiseaux

Le vilain petit canard, haï et rejeté, était en fait… un ornithorynque. Pas de quoi fanfaronner, donc.


Drôles d’oiseaux

L’autruche enfouit sa tête dans le sable quand elle veut fuir le monde. Toutefois, ce dernier étant plat, et son épaisseur variant de plusieurs centaines de kilomètres à seulement quelques dizaines de centimètres, il lui arrive parfois de se retrouver la tête à l’air de l’autre côté de la terre. Ce qui ne serait finalement qu’une simple conjoncture s’il n’y avait pas, là, à ce moment, des enfants qui attendaient avec des maillets. Ainsi, la quête de sérénité de l’autruche se transforme en un jeu de foire pour les enfants. Pauvre autruche.


Drôles d’oiseaux

DICTON À LA CON. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, mais on peut attraper plein de convives à sa table avec un bon coq au vin.


Drôles d’oiseaux

Le feu avait dévasté la forêt. Il ne restait que quelques squelettes noircis. Le renard errait, fouillant le champ de cendre. Il savait qu’il s’y cachait et que, le moment venu, il renaîtrait. Et avec lui le fromage. Ce serait le moment idéal pour le lui piquer. Un camembert cuit dans la braise ! Miam. Il n’allait pas renoncer de sitôt : il avait quand même foutu le feu à la forêt pour ça. Mais où se terrait-il donc, le phénix des hôtes de ces bois ?


Drôles d’oiseaux

Une cervelle de moineau, c’est quelqu’un qui a le QI cuit ?


Drôles d’oiseaux

Pour l’envoi des lettres normales, les pigeons voyageurs s’imposent. Mais pour acheminer des fromages, il n’y a rien de mieux que les colibris.


Drôles d’oiseaux

Pour faire le portrait d’un oiseau, Jacques Prévert décida d’écrire un poème.
Le voulant d’un style assez libre, il opta pour le sansonnet.


Drôles d’oiseaux

Un oiseau en particulier terrifie les enfants maltraités : le martinet.


Drôles d’oiseaux

— Regarde dans le ciel, les canards.
— Ils ont l’air perdu.
— Oui, ils tournent, et tournent, et tournent encore en rond.
— Ils cherchent quelque chose ?
— Je ne sais pas… Tout ce qu’ils répètent, c’est : « Coin ! coin ! coin ! »


Drôles d’oiseaux

— On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs, et ça me va bien, tant que ce ne sont pas les miens, explique l’autruche lors de son cours de politique.


Drôles d’oiseaux

Si le rossignol a fait les grandes heures de l’opéra lyrique, le perroquet est une des égéries de la musique techno.


Drôles d’oiseaux

Rien de plus facile que de surprendre le coq. Regardez-le, il finit sur le cul.


Drôles d’oiseaux

— Je veux être un oiseau, fait le petit poisson.
— Hmm… ça va être difficile, répond le génie.
— J’aimerais au moins pouvoir voler…
— Très bien, ton vœu est exocet.


Drôles d’oiseaux

Le rabbi Lowe, les années passant, commença à perdre la boule. Un jour, il créa un étrange golem de plumes, qui allait à vive allure sur ses deux pattes mais dont les ailes ne lui permettaient pas de voler quand ils les agitaient. Son ami l’alchimiste lui dit : c’est une autruche. Ça m’étonnerait, lui répondit le rabbi. C’est un golem. Un vrai. Sur son front, j’ai gravé le mot magique EMEU.


Drôles d’oiseaux

Cette richissime héritière était née avec une cuillère en argent dans la bouche dont elle ne s’était jamais séparée. Avec le temps, ça lui avait déformé les traits jusqu’à lui faire une bouche en cul de poule aux œufs d’or.


Drôles d’oiseaux

Un jour, moi, Cassiel, je descendis des Cieux. J’eus de nombreux enfants, tous avec des ailes somptueuses. Leur beauté éblouissait, leur chant était de mille ors et velours enchantés. Ils étaient voués à illuminer le morne quotidien de l’homme, à lui apporter une paix de l’esprit et une joie de la vue.
Survint le chat, créature de Satan comme on le sait. Il ne fit qu’une bouchée de ma progéniture. Mes anges n’avaient été pour lui qu’un banal repas. Enfoiré de Satan…


Drôles d’oiseaux

Une hirondelle ne fait pas le Printemps, dit-on. Une pie voleuse le pourrait en période de soldes, si elle a récolté suffisamment de piécettes.


Drôles d’oiseaux

Ces oiseaux, ils plongent dans la Méditerranée, et ils te rapportent des thons gros comme ça, et parfois même ils ressortent avec un requin ou une baleine. Comme je te le dis ! Il y en a même un, une fois, qui a remonté une épave. Sacrés volatiles, ces martins-peuchère.


Drôles d’oiseaux

Rejeton d’une mouette rieuse et d’un perroquet, l’ara qui rit a malheureusement des tendances suicidaires.


Drôles d’oiseaux

Retour à la normalité : le gardien de zoo dessoûle et ne voit plus d’éléphants roses, mais juste des flamants de la même couleur.


Drôles d’oiseaux

Je descends du tyrannosaure disait le canari, campé sur ses deux pattes, bec menaçant, les serres prêtes à frapper. Mais le chat n’avait peu d’égard pour toutes ces considérations évolutionnistes. Il ne descendait de rien. Il venait juste de monter dans l’arbre avec l’estomac vide.


Drôles d’oiseaux

Quand ils se retrouvent pour une soirée entre mecs, les coqs se matent des films de poules.


Drôles d’oiseaux

Un simple battement d’ailes de papillons pouvait entraîner des cyclones. Alors ceux des oiseaux, vous pensez ! On décida donc de supprimer tous les volatiles du monde, afin de prévenir des catastrophes écologiques majeures.


Drôles d’oiseaux

L’archéoptéryx était un oiseau fort commun chez les Gaulois. Il connut un sort similaire à celui du dodo le jour où Obélix découvrit la recette du foie gras.


Drôles d’oiseaux

L’enfoiré avait enfermé l’oiseau dans sa cage. Sa cage thoracique. Un cormoran à la place de son cœur mourant, des battements d’ailes pour remplacer ceux de son cœur.
Le volatile trépassa.
Le type opta alors pour un gallinacé. Aucun des deux ne survécut. Dépêché d’Angleterre, le médecin légiste déclara : « C’était un coq, ce cœur. »


Drôles d’oiseaux

Le confesseur du zoophile friand d’oiseaux est convaincu que ce pécheur est sur le chemin de la perdrition.


Drôles d’oiseaux

Quand il parvient à pondre quelques textes, le micronouvelliste est, paradoxalement, fier comme un coq.


Drôles d’oiseaux

Ce sont de funestes corbeaux, et non des cigognes, qui apportent aux parents les enfants morts-nés.


Drôles d’oiseaux

Miracle ! Le flamant rose que l’on vient d’amener à Lourdes est reparti sur deux pattes.


Drôles d’oiseaux

L’oiseau aimait le poète. Tous les matins, il venait à sa fenêtre, pépiant une simple mélodie. Et le poète, pour le remercier le nourrissait de vers.


Drôles d’oiseaux

Par ces chaleurs, il n’est pas rare de voir l’aigle en chocolat fondre sur sa proie.


Drôle d’oiseaux

Il était flam(b)ant neuf, car sorti de l’œuf.


Drôles d’oiseaux

On a reproché au canari irlandais son manque de patriotisme. Par contre, on a félicité le pic-vert.


Drôles d’oiseaux

Le prédateur naturel du pigeon est le corbeau.


Drôles d’oiseaux

En période de reproduction, on ne peut qu’être émerveillé par le chant de ce volatile dans les plaines d’Australie, qui clame son amour tel un Johnny Hallyday au Stade de France :
« Que je t’émeu, que je t’émeu, que je t’émeu… »


Drôles d’oiseaux

Tu vas voir, les vacances dans le Bosphore, ça troue le cul, disait le petit serin à la cigogne.
Cette dernière, séduite par ce joli discours, s’en fut en famille jusqu’à Istanbul. Elle ne fut pas déçue. Le serin n’avait pas menti : construire son nid sur la pointe d’un minaret, effectivement, ça finissait immanquablement par trouer le cul.


Drôles d’oiseaux

Étêté, plumé, vidé, fourré aux pruneaux et aux amandes, rôti, et finalement carbonisé par inattention… On verrait bien si le phénix renaîtrait de ses cendres.


%d blogueurs aiment cette page :