Archives de Catégorie: 25 Faites sauter la banque

Faites sauter la banque

Dans le monde de la finance aussi, les grands enfants jouent à cash-cash.


Faites sauter la banque

Il faisait passer beaucoup de valises en Suisse, le com(pro)mis voyageur.


Faites sauter la banque

D’aucuns le taxent d’« enfoiré de première », mais moi, j’aime particulièrement mon banquier qui m’a accordé sans difficulté un Prêt Caire.


Faites sauter la banque

L’argent n’a pas d’odeur, mais de l’avis de certains banquiers – ceux-là même qui raffolent des grosses commissions – il a un goût de merde.


Faites sauter la banque

Il avait l’esprit mal placé (en bourse).


Faites sauter la banque

Ce n’est pas en France que les banques menaceraient de chyprer nos économies. Si ?


Faites sauter la banque

Pour les pauvres et la classe moyenne la crise tout court, pour les plus riches la crise de foie.


Faites sauter la banque

Qu’importe que ces espèces soient en voie d’extinction, pourvu qu’elles restent jusqu’au bout sonnantes et trébuchantes.


Faites sauter la banque

Plus matérialiste que mystique, ce banquier suédois préférait les ponts d’or au Bifrost.


Faites sauter la banque

Ces escrocs de banquiers à leurs victimes consentantes : « Nous avons de la chance de vous avoir ! »


Faites sauter la banque

Finance internationale : loups jouant à saute-moutons.


Faites sauter la banque

Quand les marchés étaient favorables, le petit trader ne pouvait contenir une petite raideur.

[Honteusement inspiré par un microtexte de Jacques F.]


Faites sauter la banque

Les gros pontes de cette agence de notation jetaient de l’huile sur le feu à chaque nouvelle flambée de prix dans ces pays à l’économie instable (et des bananes aussi, parce qu’ils étaient gourmands).


Faites sauter la banque

Le moyen le plus sûr pour braquer une banque, c’est d’avoir un complice à l’intérieur. Bien placé. Haut placé. À la direction, par exemple.
Ah, et oubliez tout ce folklore avec bas sur la tête, armes à feu et irruption en agence.


Faites sauter la banque

Mesdames, messieurs, je sais que vous êtes sollicités à longueur de journée. Je ne vous demande qu’un petit geste, geignit le banquier. Aussi, quand je vais passer parmi vous, si vous pouviez me donner ne serait-ce qu’UN milliard d’euros ou DEUX milliards d’euros…


Faites sauter la banque

« La Bourse est au plus bas, se lamente le trader en pleine dépression.
— C’est normal, c’est la gauche.
— Au pouvoir ?
— Hein ? Heu… disons que je vous ai mal compris », fait le médecin en remontant le slip de son patient.


Faites sauter la banque

Forcément que la banque étrangle les peuples et les assassine : les taux, c’est mortel !


Faites sauter la banque

Qu’il en profite, le banquier fraudeur, à fumer des barreaux de chaise, avant de finir derrière ceux de la prison.


Faites sauter la banque

Avec leurs agios – nom qui sonne comme celui d’un chef de clan mafioso -, les banquiers truandent et molestent bien les pauvres quidams. On peut même parler là de règlements de comptes courants.


Faites sauter la banque

Débiteurs : le mot émoustillait beaucoup ces enculés de banquiers.


Faites sauter la banque

Ne croyez pas qu’à la Bourse les traders passent leur temps à hurler, vitupérer, fulminer, tempêter… Ils devisent, voilà tout.


Faites sauter la banque / Îles

Les eaux de ce paradis fiscal étaient infestées de requins de la finance raffolant particulièrement du liquide.


Faites sauter la banque

L’argent ne dort jamais, m’assura ce banquier de la haute société, avec ses titres (au porteur) ronflants.


Faites sauter la banque / Dictons à la con

L’argent ne dort jamais ? Je dirais, au contraire, qu’il dort sur ses deux oseilles.


Faites sauter la banque

Avec l’âge, ce vieux grigou était devenu dur de la feuille (d’imposition).


Faites sauter la banque / Dictons à la con

Si le silence est d’or, le transfert est d’argent.


Faites sauter la banque

Les retraits à la tirette – presque à la sauvette, avec un goût de trop peu – le laissaient aussi triste qu’après un coït interrompu.


Faites sauter la banque

Pour les banquiers, finir de piller la Grèce en toute impunité, c’est un peu la crise sur le gâteau.


%d blogueurs aiment cette page :