Archives de Catégorie: 28 Petits contes d’Halloween

Petits contes d’Halloween

Bune, grand duc des Enfers et Carnis Levare Magister, passa en revue sa petite troupe en vue du voyage de retour vers les contrées infernales. Halloween se terminait, le soleil allait bientôt darder ses rayons blafards sur la terre froide. Son faible éclat signifiait la fin de la récré. S’ils ne se dépêchaient pas de rentrer chez eux, les démons risquaient de finir carbonisés sous l’action de la lumière solaire. Le deal passé avec les emplumés était clair : quelques démons polis et plutôt propres sur eux avaient le droit d’arpenter la Terre pour amuser la galerie, le temps d’un jour et d’une nuit pour Halloween, rien de plus.
Le grand duc recompta ses sous-fifres. Un loup-garou, un vampire, une goule, un squelette… Tout en un exemplaire, quoi. Onze, en tout. Douze, avec lui. Il ne s’était pas trompé, il en manquait bien un. Chaque année, c’était la même chose. Il allait encore se faire engueuler…
— Toi ! Il est passé où, le petit con, là ?
— Agah… agah…, s’empressa de répondre le zombie.
— Bon, laisse tomber, j’ai ma petite idée…
Depuis quelques décennies, ça ne ratait jamais, il se trouvait toujours un sale garnement avide de bonbons et de sucreries pour lui boulotter un de ses craquants petits bonshommes de pain d’épice.

Publicités

Petits contes d’Halloween

Le petit Adam prenait la collecte d’Halloween très au sérieux. Il était prêt à tout pour remplir son panier de bonbons en tout genre et pouvait bien rester un quart d’heure ou vingt minutes devant chaque porte du voisinage qui restait fermée, dans l’espoir qu’elle s’ouvrirait et que l’on finirait par lui offrir une manne de sucreries.
C’est que l’heure était grave et l’enjeu important, voire vital. Il voulait vivre un an de plus, jusqu’au prochain Halloween.
Quand il rentrerait au petit matin, ce serait au tour du monstre dans le placard de frapper, de l’intérieur, à la porte du meuble. Adam devrait lui offrir un bonbon pour chaque jour de l’année à venir, ou subir un violent coup de bâton pour chaque friandise manquante.


Petits contes d’Halloween

Quand elle vit que le magasin était à court de déguisements, la petite Kelly se mit à pleurer. Comment ferait-elle pour effrayer les voisins et obtenir sa part de bonbons ? Elle rentrerait bredouille et ses camarades se moqueraient d’elle, c’était certain. La fête était gâchée.
Puis elle décida que non. Elle renifla, écrasa ses larmes, et s’en alla écorcher un démon pour faire de sa peau le plus réussi des costumes d’Halloween.


Petits contes d’Halloween

Comme tous les ans à cette date précise, des humains grouillaient autour de son mausolée, beuglant et ricanant avec des hululements stridents. Il percevait le musc de la peur et de l’excitation, et les effluves plus entêtants encore d’alcool et d’herbe. Il entendit leurs hurlements de terreur quand ils l’aperçurent, leurs respirations haletantes quand ils crurent pouvoir lui échapper. Il sentit bientôt sous ses doigts la chaude masse visqueuse de leurs entrailles, les vertèbres craquer sans résistance dans ses poings, la texture délicate de leurs organes qui ne recelaient aucun mystère.
Le lent processus de décomposition qui rongeait l’occupant du cimetière depuis des siècles achevait de le faire sombrer dans la confusion la plus totale… Si des humains revenaient l’importuner à chaque Samhain, c’est bien qu’ils avaient une perception infaillible, instinctive de l’écoulement du temps ? Pourtant, il n’avait rien trouvé en les dépeçant l’un après l’autre. La soi-disant horloge biologique n’était qu’un mythe, une vilaine métaphore.


Petits contes d’Halloween

La boisson aidant, ces grands enfants participant à leur façon tapageuse et chaotique à la fête d’Alcoholwine s’imaginaient être les seigneurs de la nuit dans leurs costumes de zombie, vampire, loups-garou… Mais leur règne de terreur s’acheva au petit matin dans une cellule souillée de flaques de leur propre vomi. Moralité : après les déguisements, le dégrisement.


Petits contes d’Halloween

Une fois par an, à Halloween, la créature quittait son putride marécage pour se mêler aux humains et profiter de leur chaleur. Le reste de l’année, elle voulait rendre la pareille à ces charmants petits bipèdes. C’était elle qui invitait avec insistance les promeneurs égarés. Elle leur faisait visiter sa demeure subaquatique, mais les rustres n’avaient que faire de son sens de l’hospitalité et de son manoir au fond des eaux, pourtant d’une beauté à couper le souffle. Ils s’empressaient, après une dernière étreinte maladroite, de remonter à la surface et d’y flotter, ventres à l’air.


Petits contes d’Halloween

L’Archidémon Inquisiteur Suprême Torquemada profite du fait que les portes entre les mondes sont ouvertes en ce jour d’Halloween pour aller faire un tour à la surface et se rendre dans une grande librairie. Du fait de son rapport complexe à la religion, il ne sait s’il doit se réjouir ou non de constater que la Bible, cette année comme les précédentes, s’est extrêmement bien vendue. Il se console en imaginant que sur ces millions de livres saints écoulés, quelques-uns auront servis à de blasphématoires messes noires… puis se réjouit en se disant que ce sont encore les croyants les plus fanatiques, ceux qui pensent en faire le meilleur usage en appliquant à la lettre ses plus terribles prescriptions, qui font le plus de mal sur Terre.


Petits contes d’Halloween

Il fut très vexé que l’on ne reconnaisse pas son déguisement d’Halloween. On le prenait pour un vieux débris rescapé de l’ère communiste et non pour le terrible meneur de horde zombie qu’il était censé incarner. Mais à la réflexion, il y avait beaucoup de similitudes entre Khrouchtchev et Croûte-Chef.


Petits contes d’Halloween

Les victimes de ce cinglé déguisé en Jason Voorhees ont beau lui hurler avec force sanglots et supplications qu’il ne peut pas les tuer le jour d’Halloween car ça ne tombe pas – ÇA NE TOMBE JAMAIS ! – un vendredi 13, il leur répond invariablement que oui, mais bon quand même, il faudra bien se résoudre à mourir aujourd’hui, vous comprenez.


Petits contes d’Halloween

À Halloween, les enfants s’imaginent maîtres des rues qu’ils arpentent, ils se voient comme de terribles créatures de la nuit, prédatrices des pauvres mortels. Pas un instant, en frappant à cette porte, ils ne savent à quel point ils se trompent. Ils ignorent à quel type de monstre haïssant l’humanité ils se frottent, tandis qu’il les épie comme l’immonde traître qu’il est, avant de leur ouvrir, caché derrière ce si bien nommé judas.


Petits contes d’Halloween

Le souvenir des précédentes fêtes d’Halloween où son paternel, à force de descendre des bouteilles de whisky, finissait par confondre bonbons, coups de bâtons et de ceinturons, hante le petit George. Cette année encore, le gosse voudrait sortir rejoindre ses camarades de classe pour faire le tour de la bourgade, mais son paternel lui a ordonner de rester à la maison afin de fêter dignement ce jour. Cette soirée commence décidément mal pour lui, et il ne peut opposer à l’ivrogne qu’une molle résistance. Non, George n’ira pas lui chercher une nouvelle bouteille dans la cave, qu’il se lève et y aille lui-même. Il ne fait que retarder l’inéluctable, il en a vaguement conscience.
Le gamin a l’estomac noué par la peur, rétif.


Petits contes d’Halloween

Les sorcières finissent toutes, en vieillissant, par passer au régime « chair tendre de nourisson », parce qu’elles en ont marre qu’on essaie de faire sauter les dernières dents qui leur restent en leur refourguant des bonbons tout durs à Halloween.


Petits contes d’Halloween

Avec ses égratignures et plaies vieilles de plusieurs jours, son air hagard et ses borborygmes dus à sa langue coupée, le petit Kevin passait tout à fait pour un zombie, en cette nuit d’Halloween. C’est en tout cas ce que les habitants de ce hameau, qui le virent passer et toquer à leurs portes voulurent voir chez lui. Il était plus simple de le renvoyer avec une poignée de bonbons que de s’occuper vraiment de l’enfant martyrisé et fugueur qu’il était en réalité.


Petits contes d’Halloween

Au moment d’Halloween, les antiques forces païennes et les légendaires créatures du folklore reviennent parmi nous. Elles en profitent pour tondre les traîtresses, ces souris qui ont vendu leurs âmes à l’industrie cinématographique et ont dénaturé les contes traditionnels pour en faire des bouffonneries colorées. C’est pour cela qu’en cette date, il y a une telle prolifération de chauve-souris.


Petits contes d’Halloween

Durant la nuit d’Halloween, personne n’entend les garnements crier. Leurs dents scellées par ces caramels trop collants ne laissent échapper ni gémissements de peur, ni hurlements de souffrance.


Petits contes d’Halloween

Comme chaque année à Halloween, ce squelette faisait le tour de toutes les maisons de la bourgade, pour avoir des bonbons. Mais pas n’importe lesquels. Il précisait bien qu’il voulait des chewing gums, exclusivement, afin de maintenir en place ses articulations vieillissantes.


Petits contes d’Halloween

Les coups frappés à la porte étaient si puissants qu’ils ébranlaient la maison toute entière. Tétanisé par la peur, il pensa un instant aller se réfugier le plus loin possible de l’entrée, dans la cave ou au grenier. Mais il préféra ouvrir, les mains pleines de bonbons, horrifié en imaginant la force des coups de bâtons qu’il recevrait s’il ne payait pas ce tribut aux visiteurs du soir.


Petits contes d’Halloween

Toc toc toc ! Les gamins toquaient, frappaient, tambourinaient. Exaspéré, il leur balança quelques bonbons et referma aussitôt la porte de la cave.


Petits contes d’Halloween

Cette journée d’Halloween s’était très bien passée pour le petit Joey, jusqu’à ce qu’il se décide à croquer une des friandises que la boulangère complice du barbier de Fleet Street avait offertes aux enfants du quartier pour l’occasion. Là, il tomba sur un os.


Petits contes d’Halloween

Ce déguisement de loup-garou était très réaliste. Il faut dire que la pleine lune n’arriverait qu’une semaine après Halloween, et que d’ici là le lycanthrope se contentait de ressembler à un simple garçon.


Petits contes d’Halloween

Les importuns venus squatter le caveau en cette nuit d’Halloween pour se payer quelques sensations fortes en avaient eu pour leur argent. Les morts en colère les avaient proprement dépecés. Il faut dire qu’il y avait de quoi être furieux, même pour la fête qui leur était normalement consacré, ça n’était pas leur famille qui était venue leur rendre visite, mais de parfaits inconnus.


Petits contes d’Halloween

Ce déguisement de zombie était très réaliste, songea la mère de Timmy en regardant son fils qui revenait à la maison. Non, il était trop réaliste. C’était perturbant. Vraiment. Sans compter que ça faisait à présent plus d’un an que Timmy était mort.


Petits contes d’Halloween

Ce déguisement d’extraterrestre était très réaliste. Trop même, constata William, tandis que des rednecks également déguisés avec de grandes robes et des cagoules pointues entassaient sous ses pieds attachés au poteau des fagots de bois. Mais, se consola-t-il comme il put, tandis qu’ils mettaient le feu au bûcher, cela n’aurait sans doute pas fait beaucoup de différence s’il était resté sur sa première idée de costume d’Halloween – une tenue de Candyman, avec le crochet de boucher et tout.


Petits contes d’Halloween

Ce déguisement de vampire était très réaliste. D’ailleurs, Théo aurait dû attendre que le soleil fût couché pour entamer sa tournée des maisons du voisinage. Cela dit, le spectacle de cette petite torche humaine crépitant et hurlant mit en quelque sorte tout le monde dans l’ambiance de cette nuit d’Halloween.


Petits contes d’Halloween

Si les auteurs de fantastique et d’horreur affectionnent particulièrement Halloween, pour des raisons évidentes, la date fétiche des écrivains de polars reste la Chandeleur.


Petits contes d’Halloween

Ce déguisement de fantôme était très réaliste. En tout cas, monsieur Brown ne vit pas le gamin – et fut tout étonné de sentir sa voiture percuter et rouler sur un corps.


Petits contes d’Halloween

Il va sans dire que la sorcière qui donna du fil à retordre à Hansel et Gretel adore la fête d’Halloween. En cette occasion, grâce à sa délicieuse maison en pain d’épices, ses fenêtres en sucres et ses boutons de portes en roudoudous, elle refait en une journée son stock de chair fraîche pour l’année.


Petits contes d’Halloween

Toute l’année, les vieux pervers attendent avec impatience Halloween. Cette nuit-là, les gamins ne les fuient plus mais leur demandent au contraire, avec insistance, des sucres d’orge.


Petits contes d’Halloween

L’écorché vif ne passe pas inaperçu le jour d’Halloween, mais pour une fois, ça n’est pas l’horreur qu’il suscite. Au contraire, il récolte quelques félicitations admiratives pour son maquillage criant de vérité. Lui, tout ce qu’il voudrait, c’est retrouver un aspect normal le lendemain, comme tous les autres. Mais il sait bien ça n’est pas possible, manque de peau.


Petits contes d’Halloween

Octobre 2013. Avec le shutdown et en prévision d’Halloween, c’est toute l’Amérique qui joue à se faire peur.


Petits contes d’Halloween

Jamais le vieil Albert ne se douta que les petits monstres qui avaient frappé à sa porte ce soir d’Halloween en réclamant des bonbons étaient bel et bien des démons échappés d’un des multiples enfers bordant notre réalité et qu’ils tentaient simplement de se fondre dans la population avant de déclencher une nuit d’horreurs et de chaos menant à l’asservissement du monde et des humains. Non, il pensait innocemment qu’il s’agissait de gamins du quartier déguisés pour l’occasion, et il devait ignorer toute sa vie qu’il avait sauvé l’humanité ce jour-là en offrant à ces créatures les friandises empoisonnées qu’il avait préparées.


Petits contes d’Halloween

Ah ça ! Quand il s’agit de frapper comme un bourrin à la porte des gens le soir d’Halloween, il répond présent, le poltergeist. Mais quand il s’agit de se présenter à ceux qu’il importune, là, il n’y a plus personne ! Enfin, plus personne de visible.


Petits contes d’Halloween

Halloween est une fête de contrastes, où peur et joie s’entrelacent dans le cœur des petits et des grands, un cocktail aigre-doux parfois, sucré salé souvent : la douceur des bonbons se mélangent à l’amertume des larmes et du sang versés à cause des coups de bâtons.


Petits contes d’Halloween

En cette nuit d’Halloween, ils ont forcé les portes des Enfers, fracassé leurs pierres tombales pour sortir de terre, défoncé les grilles de leurs prisons, franchi d’indicibles seuils interdimensionnels… Et vous croyez vraiment que le mince panneau de bois qui sépare votre demeure du dehors suffira à les arrêter ?


Petits contes d’Halloween

Cela n’arrivait qu’une fois par an, à Halloween. Il entendait sa voix ténue s’élever en un filet depuis la cave. Il aurait sans doute été plus sage de s’enfuir en courant de son manoir, de se fondre dans la foule des prétendus monstres qui étaient de sortie cette nuit. Mais non. Il s’asseyait en haut des marches qui se perdaient dans la cave noir comme un four.
Il l’écoutait, cette victime si ancienne qu’il ne devait rester de sa dépouille qu’un tas d’os blanchis. Il tendait l’oreille, attentif à la moindre intonation de ses fluettes suppliques. Une boule serrait ses entrailles et la mélancolie, un sentiment plus diffus et plus lancinant pourtant, ne cessaient de le tourmenter. À l’impression de plonger dans les flammes dévorantes de l’Enfer se superposait celle d’une fatalité rassurante. Une progression à travers le voile de souffrance ignée et les récriminations de sa toute première victime. Une purification.
Halloween avait ce pouvoir-là. Il pouvait réveiller pour quelques heures la conscience des monstres. À l’abri du regard des gens normaux, il arrivait que l’antique fête païenne réserve quelques miracles, à sa grotesque façon.


Petits contes d’Halloween

Les vampires qui allaient lui rendre visite ce soir d’Halloween ne seraient peut-être pas tous de simples garnements déguisés. Il se pouvait bien qu’un véritable buveur de sang se soit infiltré parmi les fêtards. Dans le doute, le vieil O’Brady ajouta aux bonbons qu’il préparait spécialement pour cette occasion une nouvelle dose d’ail.


Petits contes d’Halloween

En cette nuit si spéciale, où les portes de l’Enfer s’entrouvrent pour vomir quelques âmes damnées sur Terre et où l’ambiance de carnaval permet aux monstres d’agir au milieu des quidams déguisés… la trouille est six fois plus forte !


%d blogueurs aiment cette page :