Archives de Catégorie: 40 Drague de rue

Drague de rue

Il prônait une drague de rue respectueuse. Aborder la demoiselle avec douceur, complimenter avec honnêteté, éviter tout contact physique et, aux premiers signes de désintérêt ou de désapprobation, ranger sa quéquette.


Drague de rue

La drague de rue ressemble parfois à certaines parades amoureuses ratées chez les oiseaux. L’importun siffle une demoiselle avant de fuir sous les sifflets de cette dernière.


Drague de rue

Certains dragueurs de rue sont si sûrs d’eux qu’ils penser arriver à tomber les filles sans même avoir à parler. Leur démarche suffirait à laisser entendre leur démarche.


Drague de rue

Les plus gros cochons se déchaînent dans les rues de cette ville de la Mayenne. Ne dit-on pas d’ailleurs : « Lard, c’est le Mans » ?


Drague de rue

Dans les plaines éloignées de Mongolie, sur la banquise givrée de l’Arctique, au cœur du désert doré du Sahara, dans le labyrinthe de la forêt amazonienne, les rues n’existent pas. Mais on découvre de temps à autre les restes d’un dragueur égaré qui aura attendu en vain le passage d’une belle autochtone.


Drague de rue

Ils étaient nombreux à la harceler, surtout la nuit. On la hélait, on la sifflait… on ne lui demandait pas exactement si elle suçait, mais plutôt si elle inspirait. Ces types étaient pour la plupart des poètes, des romanciers… mais étrangement, en fin de mois, la muse avait remarqué des micronouvellistes qui se mêlaient à la horde des relous habituels.


Drague de rue

« Zob ! s’exclama la micronovelliste en mal d’inspiration, mon imaginaire ne chope plus grand chose sur la drague de rue. Je sortirais bien trouver l’inspiration, mais Marcel et sa clique de relous ne m’emmerdent plus beaucoup depuis que j’ai dépassé la trentaine… »
Après un temps de réflexion :
« Ou alors, je devrais mieux cacher ma tenaille à couilles… »


Drague de rue

Le micronouvelliste aime bien pratiquer la drague de rue. Une simple réplique et c’est déjà fini.


Drague de rue

« Bien ouej’, mec, t’as tenu 5 minutes, dit Kevin Relou à Marcel quand celui-ci revint bredouille de sa pêche. Ça te fait un point par minutes. A wam, maintenant. Mate un peu la technique ! »
Kevin Relou repéra une belle brune athlétique et Marcel enclencha le chrono. Il ne fallut pas longtemps à la proie pour se débarrasser du chasseur d’un grand coup de genou dans les parties.
« Vazyyyyyy, couina Kevin en marchant les genoux repliés. Ça me fait 50 points !
— Tu sais plus compter, mon pote, t’as même pas tenu une minute.
— Ouais, mais elle m’a touché la teub’ et les yoooouks, » riposta Kevin avant de rendre son déjeuner.


Drague de rue

Certes, son état d’ébriété avancée n’excusait en rien ses gestes déplacés et ses allusions grivoises, mais cela expliquait sans nul doute son entêtement, depuis plus de vingt minutes, à draguer un bac à ordures.


Drague de rue

Il prônait une drague de rue éthique : parler délicatement, formuler des compliments sincères et personnalisés, demander le consentement de la demoiselle de poursuivre la manœuvre de séduction, ne pas insister et, face à un refus, user d’insultes originales et recherchées.


Drague de rue

Finalement, ça arrangeait bien le dragueur de rue de se faire rembarrer illico, parce que, passé les trois, quatre premières répliques, il arrivait à court de sujets de conversation et de vocabulaire.


Drague de rue

Les dragueurs de rues  ne veulent pas admettre que leurs mots sont comme autant d’épingles crevant brutalement les bulles de rêverie dont aiment à s’entourer les passantes.


Drague de rue

Dans un premier temps, le gourou de la séduction, Marcel Menderue, ramassa un beau paquet en écoulant des centaines de milliers d’exemplaires de son ouvrage Comment pécho les sirènes. Mais ce qu’il n’avait pas prévu c’est que la moitié des lecteurs seraient des lectrices très inspirées par l’art de la guerre de Sun Tzu : connais ton ennemi.


Drague de rue

Quand vous repérez une target, essayez toujours de la gamer en douceur sans la  neg de façon violente.Une fois que vous tiendrez bien le set, vous pourrez closer. Ne soyez surtout pas trop needy…
« Pouah ! faut prendre connard en deuxième langue pour comprendre leurs méthodes de drague ? » s’insurgea Lucy en refermant le Guide du séducteur de Marcel Menderue, grand gourou-garou du guettage de girls.


Drague de rue

A trop vouloir cueillir les belles plantes, l’aspirant jardinier ramasse surtout les râteaux. Il devrait pourtant savoir que seule une végétation rebelle est capable de se frayer un chemin à travers le bitume.


Drague de rue

Les gens étaient plutôt casaniers dans son quartier, et les rues par conséquent vides. Repoussant les limites de la bienséance, le dragueur de rue avait dû se résigner à évoluer vers la drague de porte-à-porte.


Drague de rue

Il ne faut pas s’étonner que ce que les harceleurs croient être de la séduction ne marche jamais dans la rue. Après tout, séduire vient de seducere qui veut dire « détourner du droit chemin » et on sait ce qui est arrivé au Chaperon Rouge quand elle est sortie de son chemin pour parler au loup.


Drague de rue

« Hé, mad’moazelle ! Tu suces ?
—Et comment ! » susurra Carmilla en dévoilant ses crocs.


Drague de rue

Les dragueurs de rue vous collent au derche sans vous lâcher, pensant que c’est l’unique moyen de tirer son coup. Contresens. Ils sont sur la mauvaise voie ceux qui pensent que seules les sangsues niquent.


Drague de rue

De ce qu’il en avait compris, la drague de rue, ça n’était pas pour lui. Il était trop pudique et frileux pour conclure ailleurs que dans son petit lit douillet.


Drague de rue

Ce dragueur de rue raffolait des grands rassemblements et des manifestations, toutes causes confondues : en ces occasions, il avait beaucoup plus de choix !


Drague de rue

Entre sa bande de copains et les filles du quartier qu’il harcelait, le sens du surnom dont on affublait ce dragueur de rue – le poids lourd – variait beaucoup.


Drague de rue

Voyant son manque de succès avec les femmes, il arrêta la drague de rue pour s’essayer à la drague de zoo.


Drague de rue

Depuis qu’il a lu dans le Larousse que le terme « draguer » signifie en premier lieu racler les fonds des ports et des cours d’eau, Marcel prend des cours de plongée pour pécho les sirènes.


Drague de rue

La drague de rue marche mieux avec un bon plan (de la ville).


Drague de rue

Il était tellement surexcité et en manque de sexe qu’il n’arrivait pas à débiter plus de deux mots cohérents à la suite, quand il croisait une sublime créature. Heureusement pour lui, il put se remettre de ses émotions et attendre que son pantalon reprenne une forme normale sur une bande d’arrêt d’urgence.


Drague de rue

« Hé ! Mademoazelle ! Tu l’as fait tomber ! »
Comme sa cible regardait autour d’elle sans comprendre, Marcel contrattaqua :
« Ton souriiiiiiiiiire ! »
La fille lui faucha les jambes et il dégusta la saveur goudronné du bitume.
« Hé ! Mad’moazelle ! crièrent des petits jeunes médusés, tu l’as fait tomber ! »


Drague de rue

Ce queutard invétéré se console comme il le peut. Quand les maisons closes le sont vraiment, reste la drague de rue.


Drague de rue

« Hé, mademoiselle ! Ton père est un voleur passk’il a volé toutes les étoiles du ciel pour les mettre dans tes yeux !
— C’est le LSD, ducon, » répliqua Lucy qui planait haut.


Drague de rue

Elle avait quitté sa campagne en quête d’aventures, certaine de trouver âmes chevaleresques et cœurs de dragons.
Presque. Elle avait abouti en ville et n’était tombée que sur des cons de dragueurs.


Drague de rue

Ce n’est qu’une fois au pied du mur qu’il se rendit compte que la drague de rue l’avait conduit à une impasse.


Drague de rue

« Morue ! Boudin ! Cageot ! T’es plate comme une limande, hé, planche à pain ! T’es qu’une endive, pauv’ courge ! Tu te crois appétissante, espèce d’andouille, avec tes jambonneaux de truie ? Va te faire cuire un œuf, gros thon ! »
Par ces insultes fleuries, le Marcel éconduit prouvait surtout qu’il n’était qu’un mort de faim.


Drague de rue

Plus lourdingue et moins efficace encore que la drague de rue, la drague de rut.


Drague de rue

Il y avait longtemps qu’il avait abandonné la drague de rue. Il avait connu de beaux succès dans cette discipline, mais il n’était pas du genre à se reposer sur ses lauriers et il passait au niveau supérieur dès qu’il estimait avoir fait ses preuves à l’échelon précédent. À présent, il éprouvait, il est vrai, quelques difficultés à obtenir le moindre résultat dans la drague d’autoroute.


Drague de rue

Le risque est grand, avec la drague de rue, de se manger un Stop.


Drague de rue

À chaque fois qu’une fille passait, il la sifflait et, lorsqu’elle se tournait vers lui, il lui adressait un clin d’œil agrémenté d’un coup de langue salace. Alors certes, la manœuvre était vulgaire, mais il faut reconnaître que c’était balaise, pour un clébard.


Drague de rue

« Hé, la miss, t’as un 06 ? »

Marcel crut l’affaire dans le décolleté quand la belle l’entraîna dans une ruelle sombre, mais ce fut pour mieux déchanter à la vue du pistolet silencieux braqué sur lui. Se croyant démasquée, l’agent 006 refroidit le chaud lapin.


Drague de rue

Ses techniques de drague de rue étaient inadaptées aux filles qui faisaient le trottoir.


Drague de rue

Dans cette technique de drague de rue, les préliminaires correspondent à du lèche-vitrines.


Drague de rue

Pour une fois, l’importun avait une bonne excuse : « Quand on s’appelle Marcel Menderue, difficile d’aller à l’encontre de ce mauvais penchant. »


%d blogueurs aiment cette page :