Archives de Catégorie: 46 Bonjour, madame !

Bonjour, madame !

Dring !
— Bonjour, madame. Je viens réparer votre inspiration en panne.
— Ha ouais ? C’est qu’il serait temps ! Il ne me reste plus qu’aujourd’hui pour écrire une micronouvelle sur la thématique « Bonjour, madame ! » et je vous ai appelé en début de mois. J’ai connu des entreprises de muses plus efficaces que ça ! Vous musardiez ou quoi ? Muse-ardiez… Hohoho, elle est drôle, celle-là. Jacques va en faire une maladie, je la mets sur la fablimi !
— Vous voyez, c’est déjà réparé !
— Foutez-moi le camp, escroc ! Le jour où on me vendra du vent, c’est parce que j’aurai fait installer une éolienne sur mon balcon.


Bonjour, madame !

Je n’arriverai jamais à retaper cette foutue télé. Il vient toujours pendant mon sommeil, le réparateur !


Bonjour, madame !

Toc toc !
— Bonjour, madame. Gérard, du service informatique. Je viens réparer la photocopieuse…
— Ah oui. Elle déconne à plein tube. Ça fait un quart d’heure qu’elle imprime en boucle la page que je lui ai envoyée.
— Je regarde ça…
Toc toc !
— Bonjour, madame. Gérard, du service informatique. Je viens réparer la photocopieuse…
— Votre collègue vient juste d’arriver. Il… heu… Gérard ?
— Je regarde ça…
Toc toc !
— Bonjour, madame. Gérard, du service informatique. Je viens réparer la photocopieuse…
— Mais vous êtes déjà là… Deux fois !
— Je regarde ça…
Toc toc !
— Bonjour, madame. Gérard, du service informatique. Je viens réparer la photocopieuse…
— Mais… mais… combien êtes-vous ?! Qu’est-ce que…
— Je regarde ça…
Toc toc !
— Bonjour, madame. Gérard, du service informatique. Je viens réparer la photocopieuse…
— AAAAAAAAAAAAAAAAH !!!
— Je regarde ça…


Bonjour, madame !

— Alors, hihi, elle est où la petite dame qui avait besoin d’un coup de reins… ? Euh… pardon, de mains. Bonjour, monsieur !


Bonjour, madame !

Pour les tâches minutieuses qui demandent à bien évaluer la longueur des canalisations, le plombier travaille au furet à mesure.


Bonjour, madame !

L’apprenti plombier ne peut pas quitter sa boîte comme ça : avant de tourner la page, il doit tourner le pas.


Bonjour, madame !

Ding dong !
— Bonjour, madame.
— Mmm… Bonjour, messieurs. Qu’est ce que je peux faire pour deux beaux mâles comme vous ?
— Nous sommes Témoins de Jéhovah.
— Ah. Aucune chance que cette rencontre vire coquine ?
— Non, madame.
— Pas même une allusion au petit Jésus dans la crèche ?
— Désolé, madame.
— Bon OK, parlez moi de la Bif… heu, de la Bible.


Bonjour, madame !

Cet électricien était vraiment en dessous de tout, se lamenta la cliente nymphomane. Il avait mis des semaines avant de venir. Et maintenant qu’il était là, il avait mis quelques minutes seulement à venir.


Bonjour, madame !

Le fantasme du plombier sous l’évier, avec son large sourire engageant, est le bandant pendant masculin du fantasme de la secrétaire sous le bureau.


Bonjour, madame !

Ding dong !
— Bonjour, madame !
— Bonjour, monsieur.
— Je suis le peintre. Je viens repeindre… votre intérieur.
— Avec un petit pinceau comme ça ?


Bonjour, madame !

Ding dong !
— Bonjour, madame…
— Mademoiselle.
— Mais… Vous foutez le thème du mois en l’air !


Bonjour, madame !

Et il s’étonnait de devoir attendre le plombier deux plombes ?


Bonjour, madame !

Ding dong !
— Bonjour, madame !
— Bonjour…
— Je suis l’installateur d’Internet. Je viens vous mettre un câble… avec du gros débit.
— … Heu, pour ça, voyez avec mon mari.
— Ah.
— Chéri ! C’est pour la boxe !


Bonjour, madame !

C’est comme un cordonnier mal chaussé, un plombier sans plombage…


Bonjour madame !

— Alors, elle est où cette grosse fuite ? demanda, perplexe, le plombier à la femme-fontaine.


Bonjour, madame !

Dans ce quartier livré à la criminalité, la maison close ne l’est plus trop : une fusillade a endommagé la plupart de ses fenêtres. La mère maquerelle fait appel au vitrier, afin qu’il bouche tout ces trous de balle.


Bonjour, madame !

La cliente eut un doute, alors que le soi-disant charmant artisan finissait de la dévêtir. Était-il vraiment un couvreur ?


Bonjour, madame !

Pas une semaine ne passe sans qu’il trousse au moins une de ses clientes. Cet artisan est un vrai couvreur de jupons.


%d blogueurs aiment cette page :