Archives de Catégorie: 58 Force rouge

Force rouge

Pour faire oublier la politique méchamment arriérée de Tchang-Kaï-Chek, Mao mit en place le non moins redoutable Grand Bon(d) en avant.


Force rouge

Ce dictateur fit exécuter les vieilles chouettes et gros pontes du parti communiste de son pays, tuant ainsi la révolution dans l’œuf.


Force rouge

C’est quand l’URSS s’effondra que ces cosmonautes expérimentèrent paradoxalement la révolution permanente, tournant continuellement en orbite dans leur station spatiale.


Force rouge

Le monde eut chaud aux fesses lorsque Staline, après quelques cocktails, décréta que ce serait Molotov qui dirigerait l’élaboration de la bombe atomique soviétique. Heureusement, le ministre ne s’enflamma guère sur ce projet.


Force rouge

Si la ligne du parti était dure, du vivant de Lénine et Staline, elle était, une fois qu’ils rejoignirent leur mausolée, fort molle.


Force rouge

À la fête de l’Huma, ce ramassis de gauchistes par excellence, le dévoiement de nos chères têtes blondes commençait très tôt. Les zélotes des Jeunesses Communistes approchaient et accrochaient les mioches adeptes des auto-tamponneuses, pour les enkarter.


Force rouge

Clairvoyant, ce disciple de Trotski acheta aux enchères le piolet qui avait servi à assassiner le révolutionnaire au milieu des années 40.
« Te voilà enfin vengé, Léon », cria-t-il alors des décennies plus tard, au soir du 9 novembre 1989, lorsqu’il porta le premier coup au mur de Berlin.


Force rouge

— Dans la famille Trotski, je demande Léon.
— Pioche !


Force rouge

Mal informé, cet opposant au régime décida de faire tomber le Parti de l’Empire du Milieu en s’attaquant à la pelle au mur de Chine.


Force rouge

Un rideau de fer, un mur (de Berlin)… Pour beaucoup, le communisme évoque une voie de garage.


Force rouge

Stakhanov n’était pas le dernier, quand il s’agissait d’aller au charbon.


Force rouge

« Camarades, il nous faut une couleur forte pour symboliser notre lutte. Je vous propose le rouge, comme le sang que versent le prolétariat pour le confort des bourgeois. Qu’en penses-tu, camarade Trotski ?
— Hummmm, ça me rappelle le pourpre des cardinaux du catholicisme débauché. Ne peut-on pas trouver une autre couleur ?
— Eh quoi ? Tu préfères le violet ? Qu’y a-t-il ? Te voilà tout pâle soudain…
— Ce n’est rien, j’ai cru entendre un autre mot et voilà qu’une de ces foutues migraines me saisit… Finalement, je crois que le rouge ira très bien.
— Curieux… Quel autre mot peut ressembler à violet et te troubler ainsi ? Violet… violent… piolet… Bah ! peu importe, le rouge est adopté ! »


%d blogueurs aiment cette page :