Archives de Catégorie: 13 Miroirs et reflets

Miroirs et reflets

La première victime, le jour où il devint vampire, fut son reflet.

Publicités

Miroirs et reflets

Retour de shopping. Ondine se mire dans les vêtements qu’elle a achetés. Il commence à faire chaud, dans cette chambre. En tenue légère, elle gagne la fenêtre et l’ouvre. Dans la psyché, son double l’imite. Un courant d’air passe entre les deux ouvertures. Ondine savoure la caresse de la brise ; son reflet frissonne et se couvre.


Miroirs et reflets

Ses yeux, fenêtres sur son âme vide, étaient en permanence cachés derrière des lunettes en verre miroir, piège pour le reflet des âmes des malheureux qu’il croisait du regard.


Miroirs et reflets

Il vole parfois, en éclats ou pas, le miroir aux alouettes.


Miroirs et reflets

Quelque chose clochait. Un léger décalage dans le miroir. Sophie cligna des yeux. Son reflet avait un temps de retard… non, un temps d’avance ! Le reflet pencha la tête ; elle pencha la tête. Un courant d’air fit onduler la chevelure du double ; elle sentit la brise passer près d’elle.
Un miroir prémonitoire ?
Son reflet ouvrit soudain des yeux affolés, s’approcha du miroir, recula, effrayé, heurta quelque chose qui traînait par terre puis partit à la renverse et s’éclata le crâne contre le meuble bas. Mort sur le coup.
Sophie ouvrit des yeux affolés et s’approcha du miroir, incrédule…


Miroirs et reflets

Au grand dam de l’homme d’entretien, les miroirs de l’hôpital psychiatrique finissaient toujours fêlés.


Miroirs et reflets

Lorsqu’on se perd dans le palais des glaces, comment être sûr qu’au final c’est bien soi qui sort de l’attraction, et non un de ses doubles ?


Miroirs et reflets

Narcisse était tombé amoureux de son reflet. Son reflet, lui, en aimait une autre. Mais à son grand malheur, il lui était impossible de fuir pour la rejoindre.


Miroirs et reflets

Tandis que l’ombre et le reflet se disputaient jalousement la préférence de l’humain, il en est un qui ne savait à qui devait aller sa loyauté. Était-il l’ombre du reflet ou le reflet de l’ombre ?


Miroirs et reflets

L’un profitait de la moindre surface réfléchissante, l’autre usait de la plus infime source de lumière. Entre le reflet et l’ombre, c’est à celui qui serait le plus fidèle à l’humain.


Miroirs et reflets

Avec l’appli Miroir mon beau miroir sur votre smartphone, découvrez immédiatement qui est la plus belle du pays.


Miroirs et reflets

On plaça un miroir de poche près de sa bouche pour voir s’il respirait encore. De la buée se forma. Pourtant, l’homme était bel et bien mort. Mais de l’autre côté, son reflet avait décidé de survivre.


Miroirs et reflets

Dans le miroir rayé, le reflet répète inlassablement les mêmes mouvements.


Miroirs et reflets

Dans le miroir déformant, l’anorexique voit son replet.


Miroirs et reflets

À quoi bon être toujours habillés pareil ? À quoi bon avoir tout en double ? Les jumeaux font le vide dans leur garde-robe. Un exemplaire de chaque vêtement suffit bien.
« Plus rien en double, fait l’un.
— On partage tout, fait l’autre.
— Chacun son tour. »
Ils referment la porte du placard. Dans la glace, un unique reflet leur fait face.


Miroirs et reflets

Alice se demandait quel monde fantasmagorique l’attendait de l’autre côté du miroir. Elle se pencha au-dessus de la petite glace ; son visage y était strié de trois lignes blanches. Elle prit un billet de 50 qu’elle roula en une fine paille et sniffa les trois rayures.


Miroirs et reflets

Était-ce par nostalgie que le vieux miroir s’entêtait à renvoyer l’image de son ancien propriétaire ?


Miroirs et reflets

Du jour où l’enfant se reconnaît dans le miroir, son reflet prend beaucoup moins de libertés.


Miroirs et reflets

« Reine, ô ma Reine, dites-moi qui est le plus beau des miroirs… »


Miroirs et reflets

Les reflets attendent avec impatience le jour des miroirs, événement qui survient à chaque date palindrome. Ce jour-là, ce sont eux qui commandent aux humains.


Miroirs et reflets

Tous ceux qui passaient devant la glace du hall voyaient leur reflet pris de malaise, s’effondrer et agoniser. En y appliquant un traitement antireflet, l’homme d’entretien avait transformé le miroir en mouroir.


Miroirs et reflets

Lui qui ne supportait pas son image fit l’erreur de briser le miroir dans un accès de colère. Mille reflets de lui naquirent aussitôt.


Miroirs et reflets

Que pouvait bien répondre le miroir magique, autre que « Ma dame la Reine, vous êtes la plus belle », lui qui n’avait jamais connu qu’elle ?


Miroirs et reflets

« Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle… » Le miroir, amoureux transi, lui répétait inlassablement : « Mais vous, ma Reine. »


Miroirs et reflets

Assis à son nouveau secrétaire surmonté d’un miroir étrange, le poète se lamentait de ce que, depuis quelque temps, les seules figures de style qu’il parvenait à tirer de sa plume étaient le chiasme et le palindrome.


Miroirs et reflets

Je cligne de l’œil gauche et mon reflet cligne du droit. S’il n’y avait que ça… On dit que mon teint pâle est effrayant ; je me vois noir d’ébène dans la glace. Je me renfrogne ; il sourit. On me dit mauvais… pourtant, mon négatif semble plein de gentillesse, les mains souillées de bleu clair.


Miroirs et reflets

Je suis un peu honteux de m’entraîner à mon premier baiser sur le miroir de ma chambre. Une gêne teintée de plaisir s’insinue en moi alors que je sens sa langue danser avec la mienne. Je recule avec un petit cri quand le verre m’entaille. Je goûte le sang, me mordille les lèvres. Je reviendrai te voir.


Miroirs et reflets

Dans la cabine d’essayage, le miroir voyeur passe une existence de félicité.


Miroirs et reflets

Dans la vieille glace usée, le reflet fatigué peine à reproduire les mouvements de celui qui s’y mire.


Miroirs et reflets

Ce n’était pas notre glacier habituel, mais lorsque nous entendîmes la musique de son camion, nous accourûmes. « Glaces pour tout le monde ! » lança-t-il. Nous repartîmes chacun avec notre friandise, nous régalant, la bouche barbouillée de rouge. Ni fraise ni myrtille dans ces cornets, pourtant. Mais, comme promis, des éclats de miroirs.


Miroirs et reflets

Il s’observa dans le miroir. Il ne ressemblait plus à rien. Une épave imbibée d’alcool. Il pointa le canon de l’arme sur sa tempe. Il rejoindrait bientôt sa femme et sa fille disparues. Il pleura, gémit, repensa à elles… et se dit qu’il devait continuer à vivre en leur honneur, que c’était sûrement ce qu’elles auraient voulu. Il se dégoûtait ; il devait se reprendre. Mettre fin à sa déchéance, casser son image répugnante. Il visa son reflet et appuya sur la détente. Bang ! Ils s’écroulèrent tous les deux, atteints d’une balle en plein front.


Miroirs et reflets

Noémie reconnut son agresseur et se mit à trembler. C’était bien lui, et sa présence mauvaise lui donnait la chair de poule. Comme si son souffle était sur sa nuque à nouveau. L’inspecteur tenta de la rassurer. « Ne vous inquiétez pas, c’est une glace sans tain. Il ne peut pas vous voir. Tout ce qu’il voit au-delà de cette vitre, c’est sa propre image », plaisanta-t-il. Cela n’apaisa pas la jeune femme. Au contraire. C’était donc le reflet de l’homme qu’elle sentait tout proche d’elle.


Miroirs et reflets

L’image du miroir avait omis un détail lorsqu’elle avait décidé de prendre la place de l’original et de vivre la vie de celui-ci. Ce n’était pas le fait qu’elle soit gauchère ; elle s’était entraînée à utiliser sa main droite. Ni sa morphologie inversée – grains de beauté sur le visage, cicatrice à la main et toutes les autres particularités qui auraient pu la trahir. Sur ces points aussi, elle pouvait tromper son monde par quelques touches de maquillage. Non, elle avait en fait oublié l’essentiel : les reflets ne sont pas doués de parole.


Miroirs et reflets

Versailles, la galerie des Glaces… Quel endroit plus magnifique pour son avènement ? Il ouvrit le grimoire et se mit à psalmodier le sort d’immortalité. Sur le dernier mot magique de l’incantation, une vague de chaleur le submergea. Un court instant, il ressentit la puissance quasi-divine qui l’habitait désormais et il poussa un cri libérateur. Sa voix de stentor fit trembler les murs. Vitres et miroirs explosèrent. Les éclats le tailladèrent, il hurla, s’écroula, mais ses plaies se refermèrent immédiatement. Il était bien invincible. Cependant, un profond désespoir s’empara de lui. Il fit un rapide calcul : la galerie comportait 357 miroirs. Multiplié par 7, cela donnait 2499. L’éternité commençait mal.


Miroirs et reflets

Le reflet hésita au moment de se lancer pour passer de l’autre côté du miroir. Ce faisant, il allait sûrement le briser. Mais il n’avait pas le choix ; plutôt risquer sept ans de malheur que de vivre jusqu’à la fin de ses jours dans cet enfer de marionnettes.


Miroirs et reflets

Il mourut dans la minute des multiples entailles qu’il se fit en traversant le miroir. Voilà sept ans de malheur bêtement gâchés.


Miroirs et reflets

L’étrange antiquaire expliquait à nouveau la chose à ses parents, mais lui avait parfaitement saisi : ce miroir était censé être une pièce rare qui, en plus d’inverser la gauche et la droite, inversait le temps. « Le jour de ta mort, tu te verras tel qu’à ta naissance. » Il regretta encore une fois sa précocité et sa faculté à tout comprendre. Car en effet, dans la glace, son reflet agissait à rebours, mais il s’y reconnaissait ainsi qu’il était actuellement. C’était presque le présent et, là, c’était bien la grimace qu’il avait faite quelques minutes plus tôt. Il n’avait que neuf ans, bon sang. Il ignora les implications et préféra croire à une astuce de charlatan.


Miroirs et reflets

Il ne voyait vraiment pas ce que cette attraction avait de drôle. Au contraire : l’angoisse monta rapidement en lui et l’étouffa bientôt ; il était bel et bien perdu dans le palais des glaces. Déboussolé, affolé, cerné par mille clones terrifiants qui lui semblaient hostiles, il trébucha et s’écroula, puis rampa vers une sortie qui lui échappait sans cesse. Ses reflets, eux, s’amusaient comme des petits fous.


Miroirs et reflets

Il avait décidé d’abandonner son ancienne vie et de tout recommencer. Il était persuadé qu’on oublie ce qu’on laisse derrière soi, que le passé n’existe plus. Tandis que sa moto filait à toute allure sur l’autoroute, doublant la longue procession des véhicules roulant au pas dans l’écrasante chaleur de l’été, il ne s’étonnait donc pas que le bitume soit désert dans ses rétroviseurs.


Miroirs et reflets

« Attention, véritable miroir déformant ! » clamait la pancarte. Jérémy se planta face à l’objet. Il considéra son reflet, fidèle à son allure d’adolescent mince et élégant, et se demanda quel étrange sens de l’humour avait les forains. Il repartit en soupirant, et sentit la panique le gagner alors que ses pattes courtaudes peinaient à traîner sa carcasse de bibendum.


Miroirs et reflets

Dans la glace de la penderie, ce n’est pas vraiment lui. Mal rasé, mal habillé, et un regard de bête traquée. Et puis, le reflet qui sursaute et tente de fuir, et ce type qui surgit, qui l’agrippe, et lui plante un couteau dans le cœur. Le reflet qui s’écroule et se vide de son sang.
De ce côté-ci du miroir, il passe la main sur son menton rasé de frais, vérifie ses vêtements chics. Ce n’est pas lui qui meurt, n’est-ce pas ? Pourtant, le sang de l’autre s’écoule à présent sur son parquet à lui, atteint le bout de ses souliers. Et le type au poignard lève les yeux sur lui, s’approche, et toque de sa lame contre la vitre en exhibant un sourire mauvais.


Miroirs et reflets

Le roi se contempla avec suffisance. Il était vraiment le plus bel homme qu’on puisse imaginer. Son célibat prolongé provenait de ce que la gent féminine devait craindre une telle splendeur et n’oser l’aborder.
Alors qu’il quittait les appartements du monarque gras et difforme, le miroitier songea que les mois passés à réaliser son chef-d’œuvre n’avaient pas été perdus. Connaissant le caractère irascible de son repoussant souverain, il avait certainement sauvé sa tête en livrant cette merveille de miroir déformant.


Miroirs et reflets

Elle avait toujours été persuadée qu’elle était droitière. Mieux, elle le savait. Pourtant, elle devait se rendre à l’évidence, c’était de la main gauche qu’elle se remaquillait à l’instant dans les toilettes des dames. La prise de conscience fut terrible. Elle n’était pas qui elle croyait être. Elle était son reflet.


Miroirs et reflets

Mylène était une maniaque de la propreté. Elle passait ses journées à faire le ménage. Laver, nettoyer, ranger. Un sacerdoce qui ne lui laissait pas une minute à elle. Elle s’oubliait dans les tâches domestiques. Ce jour-là, elle briqua le grand miroir de l’entrée avec tant d’énergie qu’elle en effaça son reflet. Qui l’effaça en retour.


Miroirs et reflets

Dans le hall de l’institut de beauté, la femme observait, incrédule, son image dans le miroir. Qu’est-ce qui n’allait pas avec celui-ci ? Elle s’en approcha, recula, tourna son visage dans un sens et dans l’autre pour l’éclairer sous différents angles… Impossible de dire si la séance d’U.V. l’avait laissée pâle ou hâlée. Un miroir sans teint, certainement.


Miroirs et reflets

À la réflexion, songea le miroir, je préfère disparaître sur un coup d’éclat.


Miroirs et reflets

« Tu veux te battre ? » lançait à son reflet le boxeur, garde haute et jeu de jambes nerveux. Exténué, le reflet parvint à articuler « Oui ». Le prenant au mot, le champion décocha un puissant direct dans la vieille glace mitée de la salle d’entraînement. Du sang perla. Une fêlure apparut, qui se propagea en étoile : le poing de l’athlète se lézarda, s’effondra, puis c’est tout son corps qui, se fissurant, tomba en morceaux.


Miroirs et reflets

Oh, il le détestait, cet apollon qui passait des heures devant son miroir à s’exhiber et se contempler, satisfait de sa personne. Il le détestait car le bellâtre le forçait à sourire et que, prisonnier de cette mince plaque de verre, lui, son reflet, avait juste envie de pleurer.


Miroirs et reflets

Ce n’est pas le narcissisme qui causa leur perte, même si l’histoire ressemble par certains aspects à celle de ce jeune Grec épris de son reflet. Non, ces deux miroirs étaient tombés follement amoureux l’un de l’autre. Point de vanité ici. Cependant, dès lors qu’ils se regardèrent, ils virent l’infini se dérouler devant eux et ils plongèrent dans l’angoisse de cet abîme dont ils ne purent jamais sortir.


Miroirs et reflets

Chaque matin, cette soprano s’exerçait devant sa glace et, chaque matin, par jeu, elle poussait son chant si haut qu’elle en brisait le verre poli. Le peuple des miroirs, en proie à l’hécatombe, en vint à craindre sérieusement la menace de ses cordes vocales. Heureusement pour eux, par une ironie du sort ou un juste châtiment, la soprano, à force de solliciter son organe, finit avec la voix cassée.


%d blogueurs aiment cette page :