Archives de Catégorie: 01 Cartes

Cartes

Le gros Robert prit bien soin de prendre son attirail du parfait fêtard avant de rejoindre ses copains de chasse pour de nouvelles aventures trépidantes en forêt. Pas sûr qu’ils flinguent une perdrix, un faisan ou un sanglier, pas sûr même qu’ils dézinguent quoi que ce soit qui ait des plumes ou des poils, mais pour sûr ils allaient descendre des litrons et abattre des cartes !


Cartes

Initiée aux plus hauts arcanes de la magie, la diseuse de bonne aventure n’avait pas besoin d’astiquer des lampes magiques ou de réciter de laborieuses incantations pour faire surgir un génie dans les airs. Non, il lui suffisait pour cela de faire un tirage avec des cartes de vœux.


Cartes

Une légende raconte que certains tirages de Tarot, incluant toujours l’arcane XV, le Diable, pour donner la direction, peuvent vous révéler l’emplacement d’une des portes de l’Enfer. Les cartes révélées dessineraient alors un plan d’accès, tout simplement. En revanche, tout tirage en vue de découvrir à travers la Maison-Dieu le chemin vers le Paradis est voué à l’échec, semble-t-il. Il n’y a qu’à voir la représentation de cet arcane, avec sa tour qui s’écroule et ses personnages qui en tombent, pour comprendre pourquoi.


Cartes

Le Magicien, avec son énorme haut-de-forme, puis, en-dessous, la Roue de la fortune… Voilà un tirage qui commençait sur les chapeaux de roue.


Cartes

Ce n’est qu’après un grand nombre de tirages que la diseuse de bonne aventure calculatrice entra en politique. Elle soutint le parti qui allait gagner les élections et y prit sa carte.


Cartes

La cartomancienne dut mettre la clé sous la porte, à cause de l’effet pervers de sa publicité : « Paiement si résultat ».


Cartes

La diseuse de bonne aventure avait des plaques rouges qui la démangeaient sur les paumes. Elle fut obligée de revenir à des méthodes de tirage plus conventionnelles : un simple tarot de Marseille. C’en était fini la divination à partir de cartes à puces et autres cartes à gratter.


Cartes

Copilote de fortune, le taromancien était très mauvais en orientation… Et très maladroit, de surcroît. Il avait perdu la carte de la région. Sous le regard noir du pilote, il sortit ses cartes, pour tirer la meilleure route à suivre.


Cartes

Le pirate d’eau douce avait été très malavisé d’aller voir la diseuse de bonne aventure, afin que, à l’aide d’un pendule, elle lui décrive toutes les péripéties à surmonter avant de pouvoir mettre la main sur les trésors représentés par des croix sur ses parchemins. Au lieu de cela, elle lui tira les cartes.


Cartes

À chaque nouvelle question, à chaque nouveau tirage le Dix de Bâtons s’abattait, telle une menace de mort. La cartomancienne mit donc en garde son client contre le retour de bâtons.


Cartes

Une fois sa carte à l’échelle 1:1 en main, le tyran se rendit compte que son palais était beaucoup plus petit sur le papier qu’en réalité. Ce décalage entre représentation et réalité le plongea dans une rage folle. Il fit exécuter le cartographe incompétent, puis il détruisit plusieurs ailes de son palais, afin qu’il fasse la même taille que sur la carte.


Cartes

HASTA LA REVOLUCIÓN SIEMPRE. Le tyran, voulant mater la révolte qui couvait au sein de son peuple, fit dresser une carte magique de son pays, à l’échelle 1:1. Chaque chef révolutionnaire devant figurer sur la carte en temps réel, il n’aurait aucun mal à les traquer. Malheureusement, c’était sans compter sur leur capacité d’adaptation : ils se cachèrent dans les plis et la tranche du papier.


Cartes

La diseuse de bonne aventure presque aveugle, après avoir lu avec attention et une loupe ses cartes, annonça en croate quelque chose qui pouvait se traduire par « tu écriras jusqu’au dernier jour de ta vie », « tu mourras le jour où tu cesseras d’écrire » ou encore « tu tomberas raide mort dès que tu arrêteras d’écrire ». Dans le doute, je fais tout pour retarder la fin de cette micronouvelle. Puis je pense à un stratagème pour tromper le destin : terminer ce texte à l’encre sympathique. En espérant que la destinée se perdra dans la lecture, quelque part entre le moment où l’encre commence à disparaître et l’absence réelle de tout caractère. Alors, qu’est-ce que tu dis de ça, le dest


Cartes

— J’aurais besoin de vos lumières de voyante pour planifier mes prochaines vacances.

— Quelle destination ?

— On devrait faire le tour de l’Italie.

La diseuse de bonne aventure range son tarot et commence à fouiller dans un tas de caisses, en vue de préparer son prochain tirage.

— Corée, nan… Tanzanie, nan… Ah ! Voilà ! La série « Les plus belles images de l’Italie », dit-elle, en attrapant un paquet de vieilles cartes postales.


Cartes

La diseuse de bonne aventure était restée très vague, alternant généralités et banalités. Ça puait l’effet Barnum à plein nez ! Au moment où le client mécontent sortait sa CB, la taromancienne s’excusa :

― Les CB ne marchent plus sur ma machine…

Ma carte n’est pas la seule à ne pas marcher dans cet endroit de malheur, ronchonna en pensée le client.


Cartes

Finies les nauséabondes tripes de bouc farfouillées, les vols d’oiseaux en tout sens, les baguettes jetées en vrac… Tout ça n’était que menterie et voile de fumée. Le client mécontent de la diseuse de bonne aventure exige qu’elle sorte son tarot et qu’elle joue enfin cartes sur table.



Cartes

Les charmes de la diseuse de bonne aventure étaient plus de l’ordre du physique que du magique. À chacun de ses tirages de tarot, elle jouait la carte de la séduction.


Cartes

Le jeune homme voulait étudier Descartes. Son père, croyant bien faire, l’inscrivit à l’université en géographie.


Cartes

Le client ruiné soupçonnait la cartomancienne de malhonnêteté. Elle avait beau jurer ses grands dieux que les tirages n’étaient pas truqués et qu’elle n’y était pour rien si les seules cartes révélées étaient des deniers, symbole de richesse, lui était fauché… Inutiles deniers.


Cartes

La cartomancienne recevait M. Dupont, un client généreux, mais seulement quand on lui prédisait un avenir radieux.

À ces occasions, elle remisait son tarot de Marseille et prenait à la place un paquet de cartes à jouer un peu particulier, où les cœurs étaient énormes, les trèfles à quatre feuilles, les carreaux en diamants et les piques complètement absents.


Cartes

Quand l’apprentie cartomancienne était perdue dans ses tirages, sa formatrice ajoutait à son tarot son Joker : une carte indiquant que « vous êtes ici », avec un rond rouge.


Cartes

Le client, après avoir écouté les boniments de la cartomancienne, lui révéla son métier : prestidigitateur. Mélangeant le paquet, il dévoila le 1, le 2, le 3… de coupes. En quelques gestes, il avait mis sa vie en coupe(s) réglée(s).


Cartes

AUTANT JOUER CARTES SUR TABLE.

― Votre addiction pour la voyance vous ruinera et fera de vous un clochard. Vous devrez tout particulièrement vous méfier d’une diseuse de bonne aventure atteinte d’hétérochromie, conclut la cartomancienne aux yeux vairons en rangeant ses lames de tarot.

Je quittai le cabinet de divination avec un arrière-goût d’inachevé. Tout ne m’avait pas paru clair, dans ce qu’elle m’avait dit. Je me promis de revenir très rapidement pour avoir quelque complément d’informations.


Cartes

L’apprentie cartomancienne passait son épreuve finale, devant un parterre de devins et d’aruspices en tout genre. Elle récupéra tous les plans d’immeubles, les cartes routières, les CB, les tarots et autres jeux de belote qu’elle put trouver. Autant mettre toutes les cartes de son côté !


Cartes

Je faisais une brocante, lorsqu’un diable, avec cornes sur le front, queue fourchue, odeur de soufre et tout le toutim, m’alpagua.

— Approchez, approchez ! me lança-t-il, avec un grand sourire qui dévoila toutes ses dents.

Comme je n’ai jamais su dire non, je m’avançai pour écouter ce qu’il avait à me raconter.

— Je vends des cartes indiquant l’emplacement de portes donnant sur l’Enfer, ça vous intéresse ? dit-il sur un ton de conspirateur, en baissant la voix. Une carte, un accès.

— C’est combien ? demandai-je, en bon capitaliste conditionné.

— Pour vous, parce que votre tête me revient, seulement 10€.

— C’est un bon prix, reconnus-je. (Je sortis un billet de mon portefeuille, que je lui remis.) Je vous en prends une, mais faut pas que ça soit un accès dans un pays trop lointain.

— Pas de problème. (Il fouilla dans une grande pochette à dessins, avant de me tendre une grande carte jaunie qui devait bien avoir quelques siècles.) C’est en plein dans le Gévaudan.

Je pris congé de lui, me réjouissant d’avoir fait une si bonne affaire. Puis, quelque temps plus tard, je choisis la Lozère, comme destination de vacances. Je descendis dans un réseau de grottes, suivant scrupuleusement les indications de la carte. Je manquai plusieurs fois de me briser une jambe ou la nuque, mais de porte sur les enfers, point du tout !

Vous pouvez imaginer combien j’étais furieux de m’être fait rouler dans la farine par ce satané démon.

Il se trouve que quelques semaines plus tard, je le recroisais sur un vide-grenier. Je ne manquai pas de lui faire savoir mon mécontentement.

Me regardant droit dans les yeux, avec une expression ironique, il me répondit laconiquement :

— Vous pensiez vraiment que j’allais vendre une carte indiquant l’emplacement d’une porte donnant sur l’Enfer ? Et si elle avait été authentique, vous auriez fait quoi ? Vous ne préférez pas attendre votre mort, pour rejoindre les damnés qui y croupissent ? Et vous imaginez le manque à gagner pour moi, si un quelconque illuminé, carte en main, parvenait à ouvrir une de ces portes ? Des légions d’arnaqueurs dans mon genre débarqueraient sur Terre… Et Dieu, ou le Diable, me passerait un savon bien justifié, pour avoir rompu l’équilibre des forces !


Cartes

La « voyante » frappée de cécité avait eu l’idée de créer un cabinet d’aveuglement. Grâce à des cartes aux représentations en subtiles nuances de noirs et aux indications en braille, dans une petite pièce plongée dans la pénombre, elle effaçait l’avenir de ses clients. Elle connut un grand succès auprès des malades incurables et des héros de tragédies grecques.


Cartes

Peu au fait de la cartomancie et vraiment en panne d’inspiration, la championne de patinage artistique alla rendre visite à la diseuse de bonne aventure. Si elle repartit peu convaincue par les boniments de la vieille femme, elle dut au moins reconnaître qu’elle avait ce jour découvert plein de nouvelles figures.


Cartes

Quand il était en rupture de stock de tripes, le restaurateur aruspice changeait de mode divinatoire et se rabattait sur ses cartes… de menu.


Cartes

L’amateur de voyance préférait de loin la cartomancie à toute autre forme de divination. Selon lui, c’était la seule qui, pourvu qu’on sache bien mélanger le tarot, pouvait offrir un destin à la carte.


Cartes

Plus personne ne voulait jouer au poker avec la diseuse de bonne aventure. Elle plumait tous ses adversaires, même les plus expérimentés. Le bluff ne servait à rien : elle voyait le jeu de chacun. Même pour des parties amicales, elle pourrissait l’ambiance. Elle pouvait vous lancer, par exemple : « Tu as un roi de cœur, un dix de trèfle et un as de carreau. Je vois… une romance avec un beau brun ténébreux. Cela va finir en eau de boudin. Il trouvera une autre fille avec qui faire la paire (comme ces deux de pique et carreau que tu tiens en main) et ça te rendra profondément dépressive ! ».


Cartes

Les clients de la diseuse de bonne aventure désertaient son cabinet de voyance. À chacun, d’une façon ou d’une autre, elle prédisait une vie de chien. Cela n’était peut-être pas étranger au fait qu’elle réalisait ses tirages uniquement avec des cartes à puces.


%d blogueurs aiment cette page :