Archives de Catégorie: 11 Bateaux

Figures libres

Pour un bon pavillon, il faut d’abord une bonne écout(ill)e.

Publicités

En dérangement / Bateaux

Son comportement obsessionnel le poussait à aller d’une rive à l’autre, puis à revenir, puis à repartir, et ce, depuis des millénaires.
Il s’obstinait à réclamer une obole, alors que cette monnaie n’avait plus cours depuis des lustres, ce qui trahissait une incapacité à s’adapter.
Il n’y a pas à dire, pour passer son éternité sur une barge, Charon devait l’être un peu.


Bateaux

Le capitaine était une vraie épave, qui jamais ne filait droit, une outre percée, incontinente, qui se vidait par tous les trous et n’en finissait pas de sombrer. Mais ça n’était rien, comparé à son pétrolier.


Bateaux

Les matelots se racontaient l’histoire entre eux, à voix basse – mais était-ce une légende ou une simple blague ? – des origines du terrible capitaine du vaisseau fantôme. Au départ, il s’agissait juste d’un marchand de tapis magiques qui avait vu son affaire prospérer, le commandant du Hollandais Volant !


Bateaux

Quand l’auteur de short short stories a son inspiration à sec, il cale.
Mais quand, en plus, il est censé écrire sur le thème des bateaux, c’est pire, il est à fond de cale.


Bateaux

L’attirance du kamikaze envers le porte-avion est aussi irrésistible que celle du papillon envers la flamme.


En dérangement / Bateaux

Par sa faute, le paquebot s’était éventré sur des récifs et avait coulé comme une pierre. Il y avait eu des centaines de morts. Jamais il ne se le pardonnerait. Son esprit affaibli par le manque de sommeil, rongé par la culpabilité, ne voyait qu’une solution pour sortir de cet enfer…
Le capitaine ouvrit la fenêtre de sa chambre d’hôpital. Il contempla la mer, au loin… Chacun de ses scintillements était un clin d’œil qu’elle lui adressait…
Là, il lâcha définitivement les amarres.


Bateaux

La communication avec le second anglophone n’était pas toujours aisée, ce qui peut expliquer pourquoi le bateau faillit couler.
— Capitaine, nous avons un méat.
— … !
Un quart d’heure plus tard.
— Capitaine, nous avons vraiment un gros méat !!
— Euh, Willy, vous êtes gentil, mais qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse ? Je vous ai déjà dit que votre vie sexuelle ne m’intéressait pas.
Une demie-heure passe…
— Là, la situation est urgente, il faut s’occuper de ce méat.
— Ah non, là ça commence à devenir dégueulasse !
— Mais vous ne comprenez donc pas ?
— Je préfère ne pas essayer !
— Il faut absolument boucher ce… ce… trou dans la cock !


Bateaux

Le bateau qu’il avait construit avec amour, en pliant une feuille A4, voguait sur le ruisseau. Le capitaine en culottes courtes courait à sa suite, fier et excité à l’idée de devoir apprendre un nouveau métier : celui de dompteur. Car il lui faudrait un équipage, à ce pavillon intrépide, et quoi de mieux pour un tel navire qu’une dizaine de tigres de papier apprivoisés.


Bateaux

Le cimetière des éléphants gisait par trois mille mètres de fond, avec comme dégâts collatéraux, des cadavres d’à peu près toutes les espèces animales. Deux pachydermes en surpoids avaient suffi à faire couler l’arche de Noé.


Bateaux / En dérangement

Freud diagnostiqua Moïse, sans peur du ridicule ni de l’anachronisme :
— Le prophète était atteint d’une forme de complexe d’Œdipe, où les pulsions de vie et de mort se confondaient. Imaginez seulement le traumatisme du nourrisson, tout juste né et abandonné, avec un berceau pour frêle esquif, brinquebalé sur les flots tumultueux. Devenu adulte, il chercha à surmonter ce traumatisme en allant à la source de ce mal aquatique. Voyez la symbolique fortement sexuelle au moment d’accomplir ce miracle – et pas un autre ! – afin de fuir les armées du pharaon : il a ouvert la mère en deux !


Bateaux

Pour Jason, bardé d’objets magiques et de protections divines, ce périple marin équivalait à une croisière. Mais il en allait autrement pour d’autres qui morflaient grave. Non seulement les monstres qu’il castagnait sans sommation, mais également l’équipage de son bateau, les Aaarghonautes.


Bateaux

Ce sont les élans qui firent la gueule, quand on leur coupa les bois pour colmater une brèche dans l’arche de Noé.


Bateaux

C’était certes une tempête dans un verre d’eau, mais cela suffit à faire chavirer le bateau des Lilliputiens.


Bateaux

Certains bateaux en bouteille ont vraiment été construits dans leurs contenants. Ils sont le fait de jeunes génies s’imaginant naïvement pouvoir quitter leurs prisons de verre et voguer vers de nouveaux territoires en fabriquant ce moyen de transport.


Bateaux

C’est le comble pour un auteur de micronouvelles que d’échouer à en écrire une sur le thème des bateaux. Voilà ce qui arrive quand on passe son temps à sonder les profondeurs. On ne voit plus la surface de choses, juste leurs sous-marins.


Bateaux

Et ça barrissait, ça hennissait, ça rugissait, ça cacardait à longueur de temps, dès que l’arche faisait une embardée, dès que les vagues étaient un peu fortes. En un mot comme en cent, ça se plaignait ! Noé en avait vraiment plein le dos de cette ménagerie et choisit soigneusement ses mots pour le faire savoir :
— Vous savez les cocos, hein, on est tous dans le même bateau !


En dérangement / Bateaux

Calme plat. Elles ne viendront sans doute jamais…
Les marins un peu lents d’esprit commencent à avoir des doutes au bout d’une bonne semaine. Ulysse leur capitaine, attaché tout nu au mat, de la cire dans les oreilles, n’est pas un fin connaisseur des sirènes. Juste un masochiste.


Bateaux

Les marins de l’Edelweiss découvrent bien trop tard, en échouant, que le véritable port d’Innsmouth est situé sous l’eau, dans la crique, et que sur les quais de coraux de monstrueux autochtones attendent leur venue avec impatience et gourmandise.


Bateaux

Les poissons les plus paresseux et ceux qui voulaient voir du monde essayèrent de monter sur l’arche de Noé pendant que le vieux bonhomme avait le dos tourné.


Bateaux

Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelait le radeau de la Méduse : cette vilaine barcasse toute mal foutue était en pierre ponce.


Bateaux

Le capitaine et son second observaient les flots au clair de lune.
Le commandant fit remarquer à son subalterne :
— Il y a de quoi s’extasier devant le spectacle de l’essence de la nuit se déversant dans l’océan…
— Quel poète vous faites, Gérard, s’exclama le second, des étoiles dans les yeux.
Ce à quoi le premier répondit, pragmatique :
— C’est la poésie qui transcende la réalité, mon bon ami. Si je devais me contenter de dire la vérité sans fard ni phare, le résultat serait bien plus triste…
— Tiens donc ? Et comment cela ?
— Eh bien, oui, expliqua le capitaine du pétrolier. Jugez par vous-même : Tiens, v’là notre gasoil qui se déverse dans l’océan !


Bateaux

Ses prières avaient été exaucées : cinq minutes avant la collision, la barmaid du Titanic se plaignait de ne plus avoir de glaçons.


Bateaux

— Chers clients de Costa Croisières, le capitaine et tout son équipage vous convient à une expédition surprise : « Découverte des fonds marins » !


Bateaux

Quand il est sûr que personne ne l’observe – ni damnés, ni Cerbère, ni aucun sous-fifre de Lucifer –, Charon regarde dans sa bourse les quelques oboles qu’il a pu mettre de côté et calcule combien de milliers lui manquent encore avant de pouvoir équiper sa barcasse avec un moteur.


Bateaux

Pour que le bateau ivre se décide à franchir le goulot et sorte de sa bouteille, il fallait lui promettre un dernier verre. Avec un peu de chance, on parvenait grâce à ce mensonge à le mettre à flots, mais en sale état, il buvait bien souvent la tasse… Arriver à faire quelque chose de cette archivrogne raide comme une planche, c’était vraiment la mer à boire !


Bateaux

Avec toutes ces histoires d’interdiction de voiles, j’ai été obligé d’équiper ma caravelle (reconstitution d’époque, s’il vous plaît !) de moteurs.


Bateaux / En dérangement

Le porte-tanks, que le savant fou avait conçu sur le même principe que le porte-avions, n’était pas encore au point. Il n’arrivait pas encore à faire décoller les tanks (lesquels, de plus, bénéficiaient de caractéristiques amphibies somme toute assez limitées).


Bateaux

Cet escroc faisait payer à ses victimes des croisières en Méditerranée et en mer Baltique alors qu’en réalité, il se contentait de les hypnotiser et de leur implanter de faux souvenirs de voyage. Il n’avait pas son pareil pour mener les gens en bateau.


Bateaux

De l’avis des vieux matelots, un seul bateau, mythique entre tous, était en mesure de pêcher des exocets : Le Hollandais volant.


Bateaux

Peu au fait des techniques de navigation, ce vacancier s’imaginait qu’il allait voyager dans le passé quand le paquebot dans lequel il avait embarqué atteindrait son rythme de croise-hier.


Bateaux

Les humains sont si imparfaits. À choisir, les sirènes préfèrent encore ceux qui voyagent sur d’étranges véhicules aquatiques, plutôt que les habitants de l’intérieur des terres. Même s’ils n’ont pas de queue de poisson, les matelots ont, au moins, le pied marin. Un sur deux, c’est déjà un bon début. Une fois charmés par les chants des sirènes, ils pourront danser à cloche-pied au fond des océans.


Bateaux

Le voleur renonça à son projet de prendre la mer. Il n’avait pas trouvé d’embarcation assez grande pour la contenir tout entière.


%d blogueurs aiment cette page :