Archives de Catégorie: 01 Histoires d’Hercule

Histoires d’Hercule

Les 12 travaux d’Hercule CRS

1 Se faire la peau d’un SDF lors d’une descente gare de Lyon.
2 Tuer Paul le poulpe en prétendant avoir abattu la pieuvre de Palerme.
3 Battre à la course le dealer de shit qui carbure aux amphétamines.
4 Se lâcher comme un porc à poils longs dans un sitting de hippies qui refusent de s’irradier pour s’éclairer.
5 Nettoyer la cité des 4 000 en une nuit (Karsher optionnel).
6 Débarrasser Paris des pigeons du Stymphale.
7 Attraper le punk de Crète par la crête et lui faire cracher son anarchie par les piercings.
8 Faire un petit trot aux côtés de l’adjument-chef, avant d’aller se bouffer du djeuns.
9 Coffrer toutes les amazones qui tapinent du côté de la Petite Ceinture.
10 Réaliser un sans faute lors d’une rafle de sans-papiers rue Géryon.
11 Assurer la sécu à la Garden Party de l’Élysée et veiller à ce que les nymphes et les satyres du MEDEF conservent bien l’or pour leur pomme.
12 Capturer le pitbull pas très cool qui garde l’entrée des catacombes à Denfert.

Publicités

Histoires d’Hercule

Dans sa caverne, Platon a invité Hercule à regarder son grand spectacle d’ombres. Derrière eux, Méduse se livre avec une évidente élégance à un ballet fervent, fort complexe de surcroît. Elle mime de grands oiseaux qui tournoient, des enfants qui rient, un gigantesque champignon de fumée, des enfants ébahis, des obélisques qui s’effondrent et des temples qui s’enflamment, des enfants qui crient, un peuple entier qui s’abandonne à la panique, des enfants qui fondent, des corps qui s’effacent dans la cendre de l’obscurité.
C’est très beau dit Hercule à Platon. Mais ça représente quoi ?
Les fantômes de l’avenir, répond le vieil homme


Histoires d’Hercule

On raconte que le fantôme de Glaucon hante toujours les ruines du Parthénon, susurrant parfois aux oreilles des touristes, de sa voix évanescente : « J’ai bien connu Hercule, c’était un cas de force majeure. »


Histoires d’Hercule

Hercule vient de concasser son éditeur d’un coup de massue. Une faute de frappe assurément.


Histoires d’Hercule

Hercule au gymnase-club regarde tous ces éphèbes au regard vide, au torse hypertrophié, soulever de la fonte jour après jour. Il se dit qu’il est né à la bonne époque, au temps où la force avait une utilité autre que l’apparat, que les lauriers se gagnaient sur les champs de bataille et non dans les boîtes de nuit, et le tour de biceps ne se puisait pas dans un pot de créatine. Bref, on a parlé de spiritualité pour XXIe siècle, Hercule, toute brute épaisse qu’il a été, rigole doucement. Puis il lâche l’hydre de Lerne dans la salle et referme les portes. L’heure est venue de voir ce qu’ils ont dans le bide.


Histoires d’Hercule

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage, dit le rat au lion (en fait Hercule dans sa peau de lion, mais le rat n’a d’yeux que pour le fromage, c’est bien connu).
Oui mais force et rage pratiquées avec longueur de temps et patience d’attendre sa place aux cieux font plus que gruyère au bout du labyrinthe et glandouille au fond d’un égout, répond Hercule en écrasant le rat du talon, puis en l’envoyant via FedEx à monsieur de La Fontaine.
Dans les cieux, Héra soupire. Dans la littérature, Jean de La Fontaine vomit ses nouilles en réceptionnant le paquet.


Histoires d’Hercule

Les enfants morts d’Hercule rencontrent les enfants morts de Jason.
— C’est notre père qui nous a tués.
— C’est notre mère qui nous a tués.
— Notre père est aux cieux maintenant, accueilli par les dieux.
— Notre mère est aux cieux maintenant, accueillie par les dieux.
Les enfants morts d’Hercule et les enfants morts de Jason se séparent, rassurés de savoir qu’il existe encore des vraies valeurs dans ce monde.


Histoires d’Hercule

Nous notons que le type est un meurtrier récidiviste, un détraqué sexuel (cinquante filles en une nuit…), un tueur d’enfants (les siens surtout), un mari infidèle, un assassin de jeunes et jolies cavalières (une minute de silence pour toutes les amazones désarçonnées par cette brute), un voleur de bétail qui mérite cent fois la pendaison, un malade mental qui se trimballe avec la peau d’une de ses victimes sur le dos, une catastrophe écologique (on ne compte plus les espèces qu’il a rayées de la carte), un social traître (travailler sans salaire pour le patronat, en accélérant les cadences…), une honte pour les valeurs morales (voyez le peu de cas qu’il fait de sa famille et le nombre d’enfants qu’il a semés à gauche et à droite), un raciste souffrant d’un grave complexe d’infériorité (chaque fois qu’il croise un géant, il le dézingue), un grand mythomane (son père serait Zeus et ses conneries répétitives ordonnées par Héra…), un accro à la coke et aux amphétamines (quelqu’un peut affirmer l’avoir vu se poser plus de cinq secondes ?)… Et nous nous arrêtons là, conscients qu’il y aurait matière à continuer pendant au moins trois pages. Que cela ne tienne, il restera toujours un héros dans le cœur des enfants. C’est qu’il en faut des figures légendaires telles qu’Hercule.  Sinon, qui éveillera des vocations telles que dictateur ou CRS ?


Histoire d’Hercule

Tout Goliath a son David, disait le schtroumpf costaud à Hercule.
Toute mouche a sa tapette, répondait Hercule en s’essuyant les pieds sur le schtroumpf costaud.


Histoires d’Hercule

Je suis Pumba d’Érymanthe. Je suis Ferdinand de Crète. Nous sommes Frou-Frou, Pégase, Cyril Trottegalop et Maximus de Diomède. Je suis Bambi de Cérynie. Je suis Simba de Némée. Je suis Kâ de Lerne. Nous sommes Riri, Fifi et Loulou du Stymphale. Je suis Clarabelle de Géryon. Je suis Goofy des enfers. Nous craignons tous pour notre vie, car Hercule est revenu. Il est plus monstrueux encore, fort comme mille Turcs, et il chante, et il danse ! Ô indicible horreur ! Fuyons !


Histoires d’Hercule

Lassé de l’Olympe, Hercule redescend sur terre. Avec sa collection de bestioles monstrueuses, quelques géants difformes et ses potes sapés comme des  clowns, il crée le cirque Barnum. Oui, vous l’avez déjà vu. C’est lui qui se cache derrière une longue moustache qui rebique, dans un monokini en peau de lion, et qui soulève deux éléphants, un dans chaque main. Il n’amuse plus vraiment les dieux, mais, au moins, il fait encore rêver les enfants.


Histoires d’Hercule

Hercule, les deux mains recouvrant le cratère du Vésuve, commence à s’impatienter.
Mon bon Iolaos, qu’est-ce que tu glandouilles ? J’ai la peau des paluches qui boursouffle et les oreilles et le nez qui commencent à ressembler à des cheminées secondaires. Je me dépêche, brave Hercule, mais les habitants d’Herculanum ne veulent rien entendre. Ils disent qu’ils affronteront le danger, tête haute, poitrine gonflée, massue en avant, tel leur illustre ancêtre que ni l’adversité, ni la mort, ni la peur n’effrayait. Ah (ouille), mon bon Iolaos, j’aime bien leur état d’esprit, mais ça commence à urger : j’ai les roubignoles qui entrent en ébullition. Brave Hercule, j’ai beau leur montrer le volcan qui fume, la nuée ardente qui menace, leur botter le cul, ils refusent de partir, ils sont braves comme Hercule disent-ils. Ah (ouille) et aussi bornés apparemment, mon Bon Iolaos. Dis leur qu’Hercule n’est pas ignifugé, il n’a pas la peau d’Héphaïstos et les poumons d’Haroun Tazieff. Rien à faire, brave Hercule, ils disent qu’ils veulent finir en fumée comme leur glorieux ancêtre, et qu’ainsi ils seront accueillis sur l’Olympe, comme les dieux qu’ils doivent devenir. Hum, brave Iolaos, je voudrais pas les décevoir : il n’y a pas de place là-haut pour le petit personnel.


Histoires d’Hercule

Hercule trouve un air familier au sphinx. Qu’importe, il écoute son énigme, ne doutant pas un instant qu’il la résoudra sans grande difficulté.
Pourquoi Hercule a-t-il la frite quand il fait pousser ses poireaux ?
Damned ! se dit-il. Glaucon réincarné ! Le bougre a des ressources : il a réussi à venir à bout de la patience d’Hadès.


Histoires d’Hercule

Et les amazones capturent Hercule. Tu vas nous en faire plein, des beaux bébés, toi l’étalon plein de muscles. Car nous sommes lasses des guerriers scythes. Nous garderons les filles, comme c’est la coutume, et les garçons, plutôt que de les noyer, ce qui est aussi la coutume (et une coutume est toujours bonne, n’est-ce pas ?), nous proposons d’ouvrir une crèche dont tu serais l’admirable animateur, tu as des histoires à conter, des peluches faites de toutes les grosses bébêtes et méchants méchants empaillés que tu as occis, en plus tu donneras des coups de massues sur le sol (ça fait rire les plus petits) et tu viseras les étoiles avec tes flèches (ça fait rêver les plus grands). Assume enfin ton rôle de père, sois un exemple, prouve que t’es homme.
Hercule accepte. Pas qu’il ait besoin de prouver quoi que ce soit. Il trouve juste l’idée de former une armée d’une centaine de petits Hercules vachement séduisante. Même si ça va sans doute poser quelques problèmes de concurrence entre eux. Mais il y aura des travaux pour tout le monde (enfin ceux qui survivront à leurs frères). Et Hercule pourra enfin passer quelques weekends peinards pendant que la marmaille s’occupera de casser du monstre et du demi-dieu. Et puis si ça le gonfle, il les enverra chez leurs mères foutre la zone et l’amazone.


Histoires d’Hercule

Hercule Tourisme 03
De retour d’Écosse, Hercule ramène à Zeus une gigantesque bestiole toute frétillante qu’il tient par son long cou.
— Euh… C’était pas dans la liste de tes travaux, ça, mon petit Hercule…
— Ah… Bon, pas grave. Cadeau souvenir. Y avait pas de cartes postales.


Histoires d’Hercule

Chère Hippolyté, reine monomamellaire, je rêve souvent de toi, de ta fougue naturelle, de ton visage frondeur. J’ai beaucoup d’amour à t’offrir, mais peu de temps à t’accorder. Peut-on convenir d’un rendez-vous ?
Hercule, with love

Cher Hercule, ô être de muscles et de courage, dois-je te rappeler que la fois où tu m’as piqué ma ceinture, ce n’est pas mon pantalon que tu m’as fait perdre, mais la vie (si l’honneur est sauf, y aurait à redire dans tes manières de draguer…). Pour le rendez-vous, ce sera donc au Tartare, sur le champ d’asphodèles, au pied d’un cyprès.
Ton Hippolyté adorée XXX

Chère Hippolyté, comme ma mémoire me joue des tours ! Mais parfait pour le rendez- vous. J’ai justement quelques emplettes à faire en ce sombre séjour. Prévois quelques boîtes de Canigou, histoire d’occuper Cerbère pendant que nous batifolons dans l’herbe morte et les fleurs desséchées.
Je t’aime.
Ton dévoué Hercule, plus fort que tout, même que la mort.


Histoires d’Hercule

Hercule Tourisme 02
Vous êtes Hercule. Vous passez des vacances un peu trop tranquilles dans votre station balnéaire sécurisée, réservée à l’élite mythologique. Vous avez besoin d’un peu d’évasion. On vous propose de faire le mur.
Vous laissez exploser votre verve destructrice (celle qui vous a tant rendu célèbre). Allez en 1.
Vous décidez de favoriser de plus nobles moyens d’expression. Allez en 2.

1. Vous fracassez le mur de Berlin.
2. Vous construisez la muraille de Chine.


Histoires d’Hercule

Hercule veut changer d’air. Il abandonne derrière lui le doux soleil thébain pour la magnifique grisaille du Val de Marne. Il dépose un dossier à l’ANPE de Maisons-Alfort. Impressionnant, lui répond-on. Mais vous ne satisfaites pas aux conditions requises par la nouvelle directive qui vient de tomber sur nos bureaux, et qui sera remplacée dans la semaine, quand on aura trouvé plus vicelard pour éviter d’avoir à verser les droits auxquels la lie de l’humanité a droit. Vos employeurs ne sont pas conventionnés, vous auriez dû vous inscrire six ans avant la fin de votre dernier contrat, vous entrez normalement dans la catégorie des intermittents du spectacle, section Barnum, mais comme vous avez travaillé, entre autre, dans le Péloponnèse, on vous reclassifie comme saisonnier, ce qui ne vous aide en rien puisque le statut de saisonnier est, depuis hier, réservé aux intermittents savoyards pouvant attester de 324 heures de travail le mois de juin 1948. Donc, votre dossier ne vous ouvre aucun droit. Mais, bonne nouvelle, vu que vous ne nous coutez rien, vous êtes le bienvenu. Si vous trouvez un emploi, arrangez-vous pour que ce soit un stage de quatre ans. Et si, par miracle, vous réunissez les conditions nécessaires à l’ouverture de vos droits, prévenez-nous, nous perdrons votre dossier ou le ferons traiter par un employé en arrêt maladie pour six ans. Vous voulez que je vous prête une corde ?
Hercule, un peu fumasse, écrase d’un coup de massue son interlocutrice, une femme au regard de lunettes en écailles et au sourire de rides démoniaques. Ça commence bien, se dit-il… Pourtant, on l’avait prévenu : depuis l’arrivée des monothéismes, le concept du mal fait des ravages.


Histoires d’Hercule

Iphiclès, jumeau d’Hercule dont tout le monde se fout éperdument, a aussi réalisé douze travaux. Il a tué de ses dix doigts le lapin de Pâques, il a tranché les cent têtes en pétale de rose de Dora l’exploratrice, il a battu à la course la petite souris myopathe, il soufflé les trois maisons des trois petits cochons (et les petits cochons avec), il a nettoyé les écuries des poneys multicolores (et les poneys avec), il a fait du confit de canard de Donald Duck (pourtant un vieux pote), il a mis KO le petit taureau en peluche de Douchka, il a tronçonné à coups de hache les juments en bois du manège du bois de Vincennes, il a piqué la ceinture de chasteté de la Belle au Bois Dormant, il a fait des steaks d’Azalée (et a pété la tronche de Margotte et de Pollux au passage), il a fait un nœud de cravate avec la queue du gentil dragon qui gardait les pommes d’or (autour du cou du gentil dragon qui gardait les pommes d’or), et, pour finir, il a livré en pâture Pif le chien (PCF) aux Aristochats (UMP).
On comprend pourquoi les enfants ne lui vouent pas un culte mémorable.


Histoires d’Hercule

Et voilà que revient parmi nous Glaucon, de retour d’un stage de désopilant humour chez Shirley et Dino (elle la déesse du poil à gratter, lui le dieu du coussin péteur). Il s’apprête à ouvrir les vannes de l’hilarité quand Hercule lui colle sa paluche contre la bouche.
Petit Glaucon, il est des moments où le silence vaut toutes les sagesses. Rappelle-toi Bodhidharma. Neuf ans face à un mur, sans un mot, sans bouger. Saurais-tu faire preuve d’autant d’abnégation ? Irais-tu te perdre dans le désert tel un Saint Antoine et résister à la tentation des démons lubriques de l’école du rire ?
Glaucon réfléchit un instant. Puis, il livre sa réponse, d’une voix feutrée, melliflue.
Oui, Hercule pour toi, je le peux.
Bien. Alors, va.
Glaucon se lève, fait trois pas en direction du désert, puis il se retourne.
Au fait, Hercule, tu sais qu’Ariane a les nerfs en pelote depuis que Thésée a filé ?

RIP Glaucon, 1250-1221 BC


Histoires d’Hercule

Hercule, de ses nombreux voyages, a ramené quelques pyramides, la tour de Babel, les colonnes d’Hercule, le trépied de la Pythie, le phare d’Alexandrie, le fronton du Parthénon, une petite dizaine d’obélisques, le mausolée d’Halicarnasse, quelques pierres et pans de mur du labyrinthe de Minos…
À court d’exercice, il invente le Tetris.


Histoires d’Hercule

Hercule tient Astérix à sa merci. Si le Gaulois fait un mouvement vers sa gourde de potion magique, il chatouille Atlas sous les bras.


Histoire d’Hercule

Hercule Tourisme 01
Hercule apprécie Cayenne. Un charme désuet et un air du pays : les travaux forcés, c’est toute sa vie.


Histoires d’Hercule

Hercule a beau être Hercule, niveau aide au prolétariat, il ne vaut pas tripette : Thésée est l’unique damné de la terre qu’il a réussi à mettre debout.


Histoires d’Hercule

Hercule rencontre Stakhanov. J’ai réalisé douze travaux dit le premier. Je travaille comme douze hommes répond le second. Tu serais donc capable de réaliser cent quarante-quatre travaux dit le premier. Si tu es un homme répond le second. J’en suis un qui a la valeur de plus de cent dit le premier. Alors, je peux réaliser au moins quatorze mille quatre cents travaux répond le second. N’est-ce pas là un peu prétentieux dit le premier. La révolution ne s’est pas bâtie de prétentions, mais d’actions concrètes, et je ne m’abaisserais jamais à travailler comme douze flemmards répond le second. C’est tout à ton honneur, mais je doute que tu puisses réaliser ne serait-ce qu’un seul de mes travaux dit le premier. Ha ! quelle provocation, un simple travail, tu me prends pour un douzième d’homme qui en vaudrait cent fois moins, prends garde, le Komsomol n’apprécie guère ton arrogance bourgeoise répond le second. Ha ha ! tu as la langue bien pendue, et le verbe acéré, mais les mots ne déplacent pas les montagnes, je te mets au défi dit le premier. Ha ha ha ! mets-moi au défi répond le second. Réalise cent quarante-quatre travaux dit le premier. En combien de temps répond le second. En douze fois moins qu’il en faut pour le dire dit le premier. Pari tenu répond le second. Un hurlement de sirène interrompt les deux hommes. La journée de travail est terminée. Ils se quittent sur une poignée de main virile. Le lendemain, Hercule rencontre Stakhanov. J’ai réalisé douze travaux dit le premier…


Histoires d’Hercule

Hercule ne tuera plus. Il vient de le faire savoir aux dieux. Zeus s’agace, Héra ricane, la Grèce respire. Puis, une fourmi lui croque un bout d’orteil alors qu’il s’essayait pour la première (et seule) fois de sa vie à la sieste. La douleur est insignifiante, mais Hercule n’est pas de ceux qui laissent un forfait impuni. Il en va de sa fierté. Sa rage renait, la frénésie l’emporte. Et tout rentre dans le désordre.


Histoires d’Hercule

« Quand j’écoute trop Hélène et les garçons, j’ai envie d’envahir la Perse. »
Woody Hercule


Histoires d’Hercule

Hercule vogue sur les flots horrifiques du détroit de Messine. Soudain, une abomination abyssale le possède. Il voudrait s’arracher la tête, se jeter nu dans la houle gibbeuse remplie de cthulhuesques créatures pseudopodiques. Mais les cordes qui le lient au mât l’en empêchent. Des cordes que ses valeureux compagnons ont tissées dans les nœuds gordiens des cheveux de Rapunzel (il faut savoir être créatif quand il s’agit de maîtriser l’homme le plus fort de toute la création). Puis, enfin, l’indicible horreur lovecraftienne sonore cesse, et les compagnons d’Hercule se débouchent les oreilles, puis le libèrent. Mes amis, leur dit-il en secouant la tête et en cherchant un souffle qui lui manque, nous avons vogué sur des eaux de fébrile danger, mais nous avons résisté sans nous abandonner à ces ténébreux sortilèges de folie abominable. Souhaitons qu’aucun autre voyageur ne croise en ces eaux d’épouvantable effroi. Car nul être doué d’intelligence, si ce n’est Hercule (mais il en conservera des séquelles) ne peut survivre à un sketch de Shirley et Dino.


Histoires d’Hercule

Il n’y a qu’un seul Hercule disait Héraclès à Alcide.


Histoires d’Hercule

Avenue circulaire, 66ème division : la tombe d’Hercule. Majestueux monument, quatre colonnes ioniennes de belle taille, un entablement plus inspiré corinthien, architrave d’entrelacs ligneux, frise de scènes épiques, corniche au tympan sculpté des plus glorieux exploits du héros de tous les héros. Et puis cette singularité architecturale : s’enroulant autour des deux colonnes extérieures, deux gigantesques serpents, taillés dans le marbre de Paros, qui s’élèvent au dessus de l’édifice, semblant défier les cieux. Lieu de recueillement, de gloire et de poésie, on peut y rencontrer, tous les matins à l’aube, bœufs, sangliers, biches, juments, taureaux qui viennent y déféquer, affichant semble-t-il (même si cela parait incongru) un large sourire de satisfaction. Tous les soirs, on peut voir Prométhée nettoyer le tombeau, ne l’abandonnant que tard dans la nuit lorsqu’il rutile et brille sous les rayons de la lune. C’est que le Titan n’a jamais oublié qu’il doit sa liberté au fils d’Alcmène, et qu’il a passé une éternité dans les montagnes du Caucase à se faire chier sur la tronche par une bande de piafs anthropophages.


Histoires d’Hercule

Hercule et Iolaos fument des pétards, assis en haut d’une petite colline dominant une vague étendue de bouse séchée. Tu crois vraiment qu’on va pouvoir nettoyer tout ça en un jour, mon bon Ioalos ? Je n’en sais rien, brave Hercule, en tout cas, cette beuh, c’est de la bonne. Purple Kush, mon bon Iolaos, ramenée d’Amsterdamnium. Il parait, brave Hercule, que là-bas ils fument même du shit. L’étendu de ton savoir est étourdissant, mon bon Iolaos. Peut-être, brave Hercule, seraient-ils intéressés par de la bouse de bœufs ? Celle des bêtes d’Augias possède certainement quelque propriété psychotrope ? Je n’en sais rien, mon bon Iolaos, mais rien ne m’étonne plus ; j’avais cru que la bouse était un bon engrais, et que grâce aux excréments de ce troupeau nombreux, aux bêtes belles, fécondes, grasses comme des amantes de Zeus, le pays n’en serait que plus fertile. Et pourtant, c’est la misère, la terre stérile, la puanteur indescriptible. Voilà qui arrangerait nos affaires, brave Hercule, et nous permettrait de dégager de substantiels revenus. Tu veux essayer de rouler un bédo de bouse, mon bon Iolaos ? Euh… brave Hercule, je n’y tiens pas plus que ça. Moi non plus, mon bon Ioalos… Alors, je crois qu’il ne serait pas un luxe de se mettre dès maintenant à l’ouvrage. As-tu pensé à amener ton seau et ta pelle ? Oui, brave Hercule, et j’ai aussi des swiffers.


Histoires d’Hercule

Alors qu’il avait envoyé Atlas récupérer trois pommes d’or dans le jardin des Hespérides, Hercule soutint le ciel de ses bras. Il en profita pour voler quelques étoiles, qu’il offrit ensuite aux trois Moires. Ainsi, après avoir contribué à la création de la Voie lactée, on peut le considérer comme le père des étoiles filantes.


Histoires d’Hercule

Dans la forêt de Bretagne, les chevaliers s’éreintent à vouloir retirer l’épée de l’enclume. En vain. Arrive Hercule. Il tire. Rien. Un avorton du nom d’Arthur s’approche. Je peux, monsieur ? Hercule, de la main gauche, réduit l’importun en compote, tandis que, de la droite, il arrache l’épée, et l’enclume, et le rocher où était fixée l’enclume, et quelques centaines de mètre cube de terre et de racines qui entouraient le rocher. Ah, voilà qui fera une massue originale, s’écrie-t-il. Bien, il est où ce royaume que j’en fasse des confettis ? Et la reine qui va avec, que je me vide les excaliburnes.


Histoires d’Hercule

Aujourd’hui, Hercule délaisse l’ambroisie pour le LSD. Il faut bien varier les plaisirs de temps à autres. Il parle à ses enfants morts sur le bord d’une piscine californienne. Les sirènes, très lascives en cette période de l’année, lui lance des cocottes en papier taillée dans la croupe du cheval de Troie. Hélène danse un paso doble endiablé avec un cyclope qui fume comme Médée déguisée en vieille locomotive. Puis, en courant après un lapin blanc, il rencontre le petit prince qui a avalé un réveil. Il s’arrête et s’interroge, alors que les trois brigands emmènent Prométhée qui, aux quarante-sept coups de midi, se transforme en coquille Saint-Jacques, sous le regard enchanté de Poséidon. Hercule claque trois fois ses talons et se retrouve dans une boule de plastique, à côté de la statue de la liberté, entouré de neige. Il souffle. Tout va bien, murmure-t-il alors qu’il embrasse tendrement BHL sur les lèvres de Carla Bruni. Et il ferme les yeux, paré pour de nouvelles aventures psychédéliques.


Histoires d’Hercule

Hercule en arrêt maladie, on fait appel à une agence d’intérim pour le treizième travail. C’est Jean-Claude Vandamme qui s’y colle. Et sans forcer son talent, il revient avec la peau de Collargol, l’ours qui chante en fa en sol. Héra se gratte la tête. Il lui semblait pourtant avoir exigé qu’Hercule, ou son remplaçant, débarrasse le détroit de Messine de sa bande de sirènes névropathes et beuglardes. Il y a dû avoir une faute de frappe dans l’ordre de mission… Qu’importe. Ça va faire une jolie écharpe. Ou une peluche pour les mômes de Zeus.


Histoires d’Hercule

Polyphème défie Hercule au lancé de moutons.
Tiens il est bizarre celui-là, dit Hercule. Il a huit pattes.
Ta gueule, murmure Ulysse, tu vas me faire repérer.


Histoires d’Hercule

Hé ! Nous on a tué un dragon ! UN DRAGON ! s’écrient Saint Michel, Saint Georges, Sigurd et un nabot qui prétend avoir refroidi une bestiole du nom de Smaug. Tu te rends compte de ça, Hercule ? Tu peux frimer, mais nous, on a tué un dragon ! Hercule hausse les épaules. Ouais… Moi pareil, dans le jardin des Hespérides. Ah ? répondent-ils tous. On savait pas… Vas-y, raconte, c’était dur, t’as failli te faire mettre minable, c’était ta life ou la sienne, vous avez combattu pendant des jours dans le sang, le feu, le jus de dragon et les écailles comme des rasoirs rouillés ? Hercule soupire. Non, j’ai juste tiré une flèche au-dessus d’un mur. Faut dire que j’avais des vrais trucs d’homme à faire ensuite. Soutenir la voûte céleste avec les bras, par exemple. Quand vous aurez fini de vous palucher avec vos pseudos exploits en carton-pâte, vous vous essaierez à des trucs d’adultes. En attendant, allez jouer aux osselets avec les vertèbres d’Eragon et les dents de Schnappi le petit crocodile.


Histoires d’Hercule

À chaque travail réalisé, Hercule gagnait une peluche à l’effigie de sa victime. Et un nouveau tour de manège gratuit.


Histoires d’Hercule

Hercule face au taureau de Crète. Évidemment une magnifique bête, démesurément proportionnée (le contraire aurait été décevant).
Olé ! On raconte que tu es le père de Minotaure. Dois-je aussi croire que les juments de Diomède sont les mères des centaures, qu’elles ont appris l’anthropophagie chez les papous ? Olé ! Quoi ? Que j’approche que tu me fasses à l’oreille des révélations salaces sur Io et Europe ? Non, tu ne m’auras avec ce genre de petits subterfuges ! Olé ! Mais c’était une belle ruse. J’avoue que mes précédents adversaires en manquaient foutrement. Et j’aime quand tu craches du feu par les naseaux. Olé ! Finalement, tu me plais. Je te propose un marché. Pour chaque matador que tu embroches, je t’accorde une année de liberté. Ok ? Olé ! Olé ! Olé !!! Et si tu les fais griller au passage, je t’ouvre un resto rue de la Huchette.
Ainsi Hercule, avant même les Perses, invente le concept du kebab.


Histoires d’Hercule

Hercule Marx, dans les mines de Silésie, rencontre Gilgamesh Stakhanov. Ils font la révolution. Le monde bascule, Atlas le rattrape par la ceinture d’Hyppolité, les Moires applaudissent, et laissent échapper la pelote du fil des destinées de tout un peuple. Qui meurt dans d’atroces souffrances. C’est que Frisquette, leur petit chat, est très joueur.


Histoires d’Hercule

Quand arrive Halloween, Hercule se sent revivre. Il va encore y avoir quelques infâmes monstruosités pour se présenter face à lui et le provoquer en duel. C’est le seul moment de plaisir qui ponctue ses trop longues années de retraite. Il ressort sa bonne vieille massue en bois d’olivier de Némée et attend derrière la porte, tout excité, tout fébrile, que les dieux lui envoient de quoi se remettre aux travaux.


Histoires d’Hercule

Hercule vient de regarder l’intégralité de l’œuvre cinématographique qui lui a été consacrée. Il n’aurait jamais cru qu’en semant quelques légendes il parviendrait à faire pousser autant de navets.


Histoires d’Hercule

Hercule ne comprit jamais pourquoi ses femmes entraient en salle de travail sans arc ni massue.


Histoires d’Hercule

Héra n’aime pas Hercule. Il est le fils qu’elle n’a jamais eu. Elle se souvient aussi que, le jour où il a essayé de lui téter le sein, il en est né la Voie lactée. Elle est contente de n’avoir jamais eu à changer sa couche.


Histoires d’Hercule

Circé, pour s’amuser, a changé Hercule en cochon. Hercule-cochon chope les bœufs de Géryon et invite ses potes marins d’Ulysse à un barbecue. Hercule-cochon bouffe les pommes d’or en coulant des bronzes dans tout le jardin des Hespérides. Hercule-cochon rencontre le sanglier d’Érymanthe, ils deviennent copains comme cochon et sèment le souk dans toute la région. Hercule-cochon emmène ses potes dans les écuries d’Augias où ils défèquent comme des porcs par solidarité excrémentielle. Hercule-cochon rencontre la biche de Cérynie, il pète un coup, elle meurt foudroyée. Hercule-cochon met Cerbère minable et, avec sa bande de gorets, s’en va manger les morts aux enfers. Hercule-cochon rencontre le lion de Némée… Là, il ne fait pas trop le malin.
Héra en a sa claque. Elle choppe Circé par les ovaires.
C’est pas fini tes conneries ? T’as fait un stage comique troupier avec Glaucon ?
OK, c’est bon, pas la peine de gueuler… Si on peut plus rire…
Circé change Hercule-cochon en Hercule tout court, ses potes en colonnes corinthiennes, et il ne reste plus le moindre porc dans le groin.


Histoires d’Hercule

Quand ils avaient cinq ans, Hercule et son avorton de jumeau Iphiclès jouaient souvent au lancer de nain. On raconte qu’une fois Hercule catapulta son frère si loin qu’Iphiclès atterrit sur le toit d’un temple maya. Il lui fallut vingt ans pour revenir à Thèbes. Mais il ramena le concept de la pyramide, qu’il vendit aux Égyptiens dix siècles plus tôt.


Histoires d’Hercule

Hercule n’aura pas à se soucier plus longuement des oiseaux du Stymphale. Les voilà tous engagés pour un long métrage hollywoodien.


Histoires d’Hercule

Hercule va à Fukushima. Il se fait griller des merguez dans le réacteur 2. Il se fait un sauna dans le réacteur 3. Il pisse trois jours dans la piscine de stockage du réacteur 4. Il ressort en pleine forme. Il a autant de bras que l’hydre avait de têtes, il brille la nuit comme les pommes des Hespérides au soleil, il a plus de poils que le sanglier d’Érymanthe croisé avec le lion de Némée croisé avec la biche de Cérynie, il a un sein plus gros que celui d’Hippolyté au milieu du front et une furieuse envie de chair fraîche, comme les juments de Diomède. Il rencontre la nymphe Areva. Il l’épouse et ils ont plein de petites fins du monde. Enfin une histoire qui finit bien.


Histoires d’Hercule

Glaucon se lance dans la blague Carambar : Si Thésée avait été un héros sans tort, aurait-il abandonné Ariane à Nessos ?
Et Hercule de répondre : Glaucon, t’as vraiment un humour de merde.


Histoires d’Hercule

On aime ou on n’aime pas l’humour de Glaucon, mais il faut lui reconnaître une certaine capacité à détendre l’atmosphère. Ainsi, lorsqu’Hercule se jette dans le brasier, sa femme suicidée à ses pieds, il se permet ce mémorable trait d’humour : Hercule, un dieu formé sur l’Œta.


%d blogueurs aiment cette page :