Archives de Catégorie: 02 Opéra

Opéra

Mon boulot de soprano à l’opéra est uniquement alimentaire, disait cette jeune femme qui chantait comme une casserole.

Publicités

Opéra

Le baryton aime la soprano qui aime le ténor qui aime le baryton. Il n’y a guère que le chœur pour ne pas avoir le sien brisé. Et le chef d’orchestre qui, inlassablement, bat la mesure de ce drame sentimental.


Opéra

À sa sortie de la manufacture de tabac, Carmen allume le cœur des hommes, enfume leur jugement, mégote sur le choix de son prochain amant. Et, pour conclure, elle met le feu aux planches.


Opéra

Le public du poulailler est toujours intenable quand on joue le Coq d’Or de Rimski-Korsakov. En revanche, celui du paradis attend toujours l’arrivée de Marguerite avec impatience.


Opéra

La reine de la nuit vient d’être expulsée de son petit appartement. Les voisins ne supportaient plus ses envolées lyriques lors de ses parties de jambes en l’air avec les membres du balai.


Opéra

Erreur de casting. On a lâché Escamillo en plein milieu de la charge des walkyries. Olé ! Il esquive le premier assaut ! Mais elles virent à l’horizon (côté jardin), reviennent en formation, ta ta tatata ! Le bellâtre ne se dégonfle pas, olé ! songeant en combattant qu’un œil noir le regarde (celui qu’il reste à Wotan probablement). Il saura conquérir le cœur de ces neuf filles volantes à la peau de métal, car il le sait, l’amour l’attend. Mais elles sont farouches, et sacrément agacées. Passes et esquives, attaques en piqué, hojotoho! heiaha-ha ! Jusqu’à ce que le torero se prenne les cornes du casque de Brünnhilde dans l’arrière train. Don José pouffe. Wotan soupire. Escamillo quitte la scène alors que le public exulte. Quel lyrisme, quelle décadence ! Enfin un opéra qui troue le cul !


Opéra

Les anthropophages, pourtant peu intéressés par l’art lyrique en général, ont toutefois développé une passion insatiable pour l’opéra-bouffe.


Opéra

Emportée par ses envolées lyriques, la diva tourne, pirouette, bondit vers les cieux de contre-ut. Elle vacille, elle chavire, étourdie par ses trilles aériens. Le ténor tend la main. Le baryton tend la main. Le chœur tend la main. Trop tard, la diva tombe à la renverse dans la fosse et s’éteint dans un fracas de cuivres et de timbales.
Gammes over.


Opéra

Mouvement de grogne à l’opéra à l’occasion du Cendrillon de Massenet. Les petits rats refusent de passer leur soirée à tirer des citrouilles.


Opéra

Aïda, la nouvelle soprano est juste insupportable de fausseté.Chaque fois qu’elle monte sur scène, c’est le déluge. Elle a cependant acquis une certaine forme de renommée en cet été caniculaire. Nombreux sont ceux qui attendent avec impatience les trempettes d’Aïda.


Opéra

On laissa à Salomé la tête de l’orchestre. Elle nous livra l’opéra sur un plateau.


Opéra

Depuis que la soprano a perdu ses kilos, le ténor ne sait plus à qui donner de la voie.


%d blogueurs aiment cette page :