Archives de Catégorie: 10 Règlements de contes

Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Ce qui signifia la fin de leur trépidante existence. Avant, ils avaient été aventuriers, amoureux éperdus, jeunes prétendants se mesurant aux vicissitudes du destin, ballottés par la vie dans tout ce qu’elle a d’imprévisible, de plus passionnant. Maintenant, l’histoire était finie. Et c’était une grande tristesse de savoir que tout ce qui les avait poussés à se surpasser, à lutter contre les éléments déchaînés, à se mesurer à ceux qui se dressaient en muraille indéfectible contre leur accession au bonheur, appartenait désormais au passé. Il ne leur restait plus rien à prouver. Il avait atteint leur petite utopie personnelle, leur état de finitude, leur paradis éternel qui s’était scellé par un mariage et se résumait à avoir beaucoup d’enfants. Ils tentèrent de se convaincre qu’il restait des choses à découvrir, encore, qu’ils pouvaient trouver quelque intérêt à cette situation éternellement figée, et, constatant qu’ils n’avaient plus rien à attendre de l’avenir, ils se jetèrent main dans main du haut du donjon, leur dernier acte de révolte, leur soubresaut de passion, laissant à leurs nombreux enfants le rôle d’affronter vaillamment le monde merveilleux des contes jusqu’à ce qu’ils réduisent toute la beauté et la folie de la vie à un mariage et à d’autres beaucoup d’enfants.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Les garçons ressemblaient tous à Georges Brassens, les filles à Staline, et les autres à Pierre Bellemare, ce qui était assez miraculeux, même dans un conte de fées. Le roi, leur père, fit une chorale avec les premiers, un groupe parlementaire ultra-révolutionnaire mexicain avec les secondes, et rien avec les troisièmes. Ce n’est que bien plus tard qu’il commença à soupçonner quelques ressemblances coupables avec son cousin, le peu connu mais très traître Prince Moustache. Il lui fit couper la tête. Et il put continuer à avoir beaucoup d’enfants. Qui ressemblaient, pour les garçons, à Raspoutine, pour les filles, à Karl Marx et, pour les autres, à Demis Roussos. Furieux, il enfila sa légendaire armure et empoigna sa non moins légendaire épée et partit à la recherche de l’infâme Barbapapa. Lui aussi allait payer le prix fort pour avoir fait des galipettes avec la reine, que le roi commençait à trouver quand même un poil volage.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Malheureusement, il ne restait plus aucune place dans le livre de conte. Ils durent se contenter du peu d’espace qu’il existe entre la dernière page et la couverture arrière, s’entassant dans un monde sans aventures, sans couleurs, sans public, et sombrèrent rapidement dans la dépression, ignorés de tous, livrés au néant.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. À qui ils apprirent dès leur plus jeune âge à torturer les dragons, bouffer les belles-mères, étêter les ogres, brûler les baraques en pain d’épice, écorcher les loups, briser les quenouilles, concasser les nains, bâillonner les fées, arracher les yeux des sorcières, exploser les citrouilles à coups de masse, faire de la compote des pommes et des confitures des grand-mères.
On n’est jamais trop prudent.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qu’ils déguisaient en lapins et envoyaient dans la forêt avec des paniers d’œufs colorés le jour de Pâques. Malheureusement, les petits ne revenaient jamais. On ne retrouvait que les œufs, couvés par des loups bien gras, qui ne pouvaient jamais renseigner les parents sur le devenir des petiots. Ils n’avaient vu que les œufs, dont ils s’occupaient par solidarité avec les poules, et qu’on serait bien inspirés, disaient-ils, de faire en chocolat, en sucre ou en frangipane. Le dessert, c’est sacré.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. On aurait pu craindre que cette natalité débordante n’entraîne une rapide surpopulation du royaume. Heureusement, à la même époque, Monsieur et Madame Ogre s’étaient mariés et avaient, eux aussi, eu beaucoup d’enfants. Ce qui occupa les enfants des uns et des autres, et limita sérieusement l’explosion démographique.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qui étaient plus insupportables les uns que les autres.
Le roi leur dit un jour : J’en peux plus, vous me les brisez ! Si ça continue, je vais finir à plat.
Ils répondirent : C’est ce qui arrive quand on vit dans un conte d’œufs frais.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qu’ils abandonnaient avec trois pièces d’or dans les bas-fonds de la ville, dans la forêt profonde avec un quignon de pain en poche, dans un couffin sur le fleuve, aux portes d’une église avec un médaillon autour du cou. C’était, leur semblait-il, la meilleure façon d’élever leurs enfants.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qu’ils inscrivirent à la fac de droit. Quand ils atteignirent l’âge mûr, on fit un grand festin de moult venaisons et maints poissons et légumes du terroir. Et on mangea beaucoup d’avocats, car c’était très exotique, et délicieusement anthropophage.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Que Blanche-Neige remplissait de nitroglycérine avant de les envoyer en vacances chez sa belle-mère.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qu’ils prirent pour des nains, car ils étaient petits. Le Prince répudia Blanche-Neige, accusée d’avoir fauté avec un des sept nains, ou peut-être même avec les sept. Elle s’en fut dans la forêt sombre aux habitants sauvages et frusques et fut recueillie par les sept géants. Cette fois-ci, se dit-elle, on me foutra la paix. C’est alors qu’arriva le Petit Tailleur. Et, peu de temps après, ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qu’ils prirent pour des nains, car ils étaient petits. Ce qui n’inquiéta pas le Petit tailleur, qui ne s’attendait certainement pas à avoir des géants pour héritiers.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants, qu’ils rangèrent dans les placards du palais entre les cadeaux de mariages et les photos souvenir. Un jour, ils les en sortiraient, puis, après les avoir dépoussiérés, ils les regarderaient avec tendresse, en souvenir de cette courte période d’euphorie qui avait succédé à leur jeunesse mouvementée. Une larme ou deux rouleraient sur leurs joues fripées. Puis, ils les remettraient dans les placards et iraient faire des mots-croisés et des sudokus en attendant la mort.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Rapidement, il y en eut assez pour monter une équipe de foot. Le Grand Chambellan convainquit la reine de se faire poser un stérilet. Mais, en ces contrées pleines de magie, les stérilets ne fonctionnaient guère. Rapidement, il y en eut assez pour monter un championnat. Le Grand Chambellan convainquit le roi de recourir à la vasectomie. Mais dans ces contrées pleines de magie, les vasectomies ne fonctionnaient guère. Rapidement, il y en eut assez pour remplir un stade. Le Grand Chambellan convainquit la reine et le roi de faire chambre à part. Mais en ces contrées pleines de magie, faire chambre à part ne fonctionnaient guère. Bientôt, il y en eut tant et tant que le Bon Dieu leur rendit visite, pour leur dire que, quand même, ça commençait à déborder de leur royaume, et ça menaçait d’envahir toute Sa Création. Donc, soit ils cessaient séance tenante de s’envoyer au septième ciel, soit c’était lui qui s’en chargeait, et pas métaphoriquement cette fois-ci. Ils prirent peur. Et immédiatement mirent un terme à leur reproduction effrénée. Le Grand Chambellan souffla. Le Bon Dieu souffla. C’est alors que leurs enfants décidèrent de se marier et d’avoir beaucoup d’enfants.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Ce qui les arrangeait beaucoup, vu qu’ils avaient découvert beaucoup de mines dans la montagne, et que leurs potes d’hier, les nains, avaient tous émigré à Lilliput (sur une information erronée de Simplet qui a la fâcheuse tendance de remplacer les L par soit des M, soit des N).


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. À tel point qu’ils relancèrent l’économie moribonde du chou et de la rose, s’attirant ainsi le respect et l’amour des paysans du royaume. Des bûcherons et des menuisiers aussi, puisqu’il fallut beaucoup de berceaux puis de lits. Des architectes tailleurs de pierre maçons couvreurs etc. tout autant puisqu’il fallut loger tout ce beau monde et que les salles du château n’y suffisaient plus. Seules les fées n’y trouvaient pas leur compte. Non qu’elles aient été tenues à l’écart de ce miracle de la fertilité, mais ce boum nataliste leur apportait un surcroît de travail. Les fées sont des feignasses, c’est bien connu. Et elles ne pouvaient ignorer que les sorts tordus qu’elles balançaient à toute cette marmaille piaillante étaient le point de départ de longues aventures qui finiraient immanquablement par des mariages et encore beaucoup plus d’enfants. Elles proposèrent d’imposer des quotas, mais les rois et reines de la terre s’y opposèrent. Pour chaque naissance royale, trois fées, trois sorts. Minimum syndical. Vexées, elles décidèrent de bâcler le boulot. Et les contes de fées se transformèrent en bit-lit.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qu’ils abandonnaient aussitôt dans la forêt ténébreuse, à la porte d’un taudis des bas quartiers ou dans un couffin laissé libre sur les eaux du fleuve. C’est qu’ils savaient qu’il n’advenait rien de bon à être élevé avec une cuiller en argent dans la bouche, et que de l’adversité, du doute, de la privation, des épreuves et de la souffrance naissaient les histoires les plus remarquables, les passions les plus exaltées. Une conception somme toute assez chrétienne de la vie, ce qui est un peu bizarre dans un conte de fée, mais bon… Évidemment, les petiots ne connaissaient pas tous une vie trépidante. D’ailleurs, la majorité ne passait pas la première semaine. Mais aux plus résistants était réservé un destin exceptionnel. Une conception somme toute assez darwinienne de la vie, ce qui est un peu bizarre dans un conte de fées. Mais bon…


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Tous les jours, il en arrivait par livreurs, par coursiers, par camions entiers, sous toutes les formes, colis express, plis recommandés, FedEx, containers. Bientôt, le château grouilla tant d’enfants qu’il fallut acheter un ogre, puis un second (le premier étant mort obèse). Puis un troisième. Longtemps, Blanche-Neige soupçonna sa belle-mère de tenter de saper leur bonheur parfait et leur oisive tranquillité. D’autant plus que le pays entier était en grande sécheresse infantile et qu’on commençait à les tenir, elle et son roi de mari,  responsables pour tous ces bébés qui disparaissaient à la nuit tombée. Mais la puissance magique du mariage était trop forte pour que les deux jeunes époux renoncent à ce bonheur éternel. Ils organisèrent une grande vente aux enchères hebdomadaire, vendant les plus beaux bébés aux plus offrants, les moins beaux à ceux qui n’avaient plus grand-chose dans leur bas de laine une fois payées la dîme, la taille et la gabelle. Et pour les vraiment très laids, ils les offriraient aux sans le sous, à condition qu’ils vivent cachés, ne laissant leur progéniture sortir que les nuits sans lune. Ainsi, ils connurent des jours heureux, riches à millions, régnant sur un royaume fastueux, où les nobles héritiers étaient aussi beaux que leurs parents étaient riches, et où les pauvres n’avaient pas la moindre chance d’épouser autre chose que des pauvres (plus aucun risque d’y voir la beauté faire s’effondrer toutes les barrières sociales). Tout respectait l’ordre féodal des choses. Ils vivaient enfin dans un conte de fée.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants qu’ils perdirent en forêt et qui revinrent avec beaucoup d’or et de bottes de sept lieux, après avoir fait leurs premiers pas dans la vie en faisant massacrer beaucoup d’autres enfants.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qui, après avoir lu Bettelheim avec beaucoup d’intérêt, ne regardèrent plus jamais leurs parents du même œil.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Ce qui fut très difficile au début. Heureusement, la fée Laurence Pernoud leur offrit le Grand Livre, et tout fut plus facile. Jusqu’à l’adolescence. Qui fut très difficile au début. Heureusement, la fée Françoise Dolto leur offrit le Livre Majeur, et tout fut plus facile. Jusqu’à l’âge adulte. Qui fut très difficile au début. Heureusement la fée Bernard Werber leur offrit Le Grand Livre Majeur Parfait du Vide Intrinsèque et Concomitant et ils purent prendre enfin une retraite méritée : les nombreux enfants étaient enfin complètement décérébrés et se prenaient tous pour des coquetiers.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Cependant, en raison d’un héritage génétique exceptionnel, chaque fois que leur mère les embrassait ils se changeaient en têtards.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Mais comme ils étaient meuniers de formation, ce fut un mariage blanc. Et leurs enfants, le jour où il fut question de partage d’héritage, n’eurent que des pains à s’échanger.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants avec la gouvernante avec les palefreniers avec les lavandières avec le chef des gardes avec les femmes de chambre avec les domestiques avec les cuisinières avec les chevaliers. Jusqu’à ce que monsieur le curé vienne leur faire remarquer que les enfants, ils devaient les faire à deux seulement, et pas avec tous les gens du château. Du coup, ils divorcèrent et continuèrent à avoir beaucoup d’enfants sans avoir à se taper les réflexions désobligeantes de monsieur le curé.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Et n’ayant plus rien à raconter pour alimenter la littérature de contes et de légendes, ils se recyclèrent dans le roman naturaliste.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Et ils érigèrent une statue à la gloire de l’inventeur de la couche-culotte.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qu’ils plantèrent dans le jardin en espérant pouvoir faire un remake de Blanche-Neige. Mais les enfants avaient beaucoup de mal à rester en place. Il fallut les enduire d’amidon. Et leur coller de fausses barbes. Mais jamais Blanche-Neige n’honora le château de sa visite. Blanche-Neige est une radasse. Le roi et la reine finirent par ordonner au jardinier de passer la tondeuse à gazon.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Et tous portaient de larges robes et des pantalons patte d’éléphant, liant à leur longs cheveux d’adorables fleurs fraichement cueillis dans les près avoisinants, chantant le soir auprès de l’âtre de merveilleuses mélodies un petit peu mielleuses, s’accompagnant pour les filles à la harpe, pour les garçons au luth, répandant quotidiennement des messages d’amour et de paix. C’est ce qu’on appelle, dans la langue d’Albion, une hippie end.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants que personne n’éduqua (ils étaient trop occupés à faire beaucoup d’autres enfants), et qui sombrèrent dans la drogue, l’addiction aux jeux vidéo, qui repeignirent les murs du château avec des graffitis obscènes et finirent par y foutre le feu en essayant de rouler un pétard géant. Personne ne survécu à l’incendie, sauf les parents qui partirent dans la forêt faire beaucoup d’enfants.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qui se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qui se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qui se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qui finirent par s’entre-dévorer, puisqu’il n’y avait plus rien de comestible dans le château, à part beaucoup d’enfants issus de mariages consanguins.


Règlements de contes

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Qui s’entretuèrent trente ans plus tard pour se partager le royaume.


%d blogueurs aiment cette page :