La Fabrique

Créée le 1er mai 2011, la Fabrique de Littérature Microscopique se propose d’explorer la microlittérature, dans toutes ses formes passées, présentes et à venir.

La littérature microscopique n’est pas écrite par des lilliputiens, ni pour des lilliputiens (bien qu’ils soient les bienvenus sur ce site, le jour où leur île paumée aura été reliée au réseau).

Elle est l’économie des moyens, le refus de l’emphase, la valorisation du minimum, la dodécalogie de fantasy réduite à son plus simple appareil (une septième feuille de vigne orpheline d’un septième cep de Cabernet un peu maudit). Elle concentre plusieurs générations de Rougon-Macquart en quelques lignes socialement révolutionnaires. Elle condense le Mahâbhârata à un essentiel quatrain d’octosyllabes. En bref, elle est brève. Mais bonne.

La microlittérature est au monde des lettres ce que la libellule est à l’éléphant. Délicate, essentielle, intelligente et subtile, elle est le verbe dans son essence pure, vierge, et laisse le poids des mots et la lourdeur des marmoréens superlatifs ineffables et époustouflants à ceux qui ont fait profession de foi d’abattre une forêt là où une allumette suffisait.

Elle est la nanotechnologie de l’esprit.

Elle est essentielle, car elle tient dans la poche. Sauf dans celle d’un schtroumpf.

Elle s’applique à s’insérer dans ce mouvement de miniaturisation du monde, d’urgence, de production effrénée, de renouvellement frénétique.

Toutefois, la Fabrique précise qu’elle produit bio, que son développement, bien que durable, est en fait une décroissance : elle ne favorise que la consommation virtuelle, gratuite, et réduit en volume ce qu’elle gagne en qualité.

La Fabrique milite aussi pour la construction d’un Panthéon de la littérature microscopique, dans un bolet réalisé par les entreprises Bouygues avec les déchets du réacteur de Tchernobyl.

La Fabrique ne reçoit que sur rendez-vous, mais n’en prend aucun car elle a perdu son agenda. Vous pouvez toujours lui faire coucou en Facebookie.

La Fabrique vous remercie de votre visite, et vous conseille un crochet par le comptoir « souvenirs » : vous y trouverez pin’s, porte-clefs, brochures explicatives ainsi que les portraits dédicacés de ses trois fondateurs.

 

micro nouvelle micro nouvelles micronouvelle micronouvelles micro littérature microlittérature


%d blogueurs aiment cette page :